"Wikipedia : Media de la connaissance démocratique ?"

“Wikipédia : média de la connaissance démocratique ?” est un excellent ouvrage de Marc Foglia sur la désormais célèbre encyclopédie collaborative. L’auteur y propose une véritable réflexion sur le phénomène Wikipédia, sa signification, son impact sur la société, et adopte une approche à la fois philosophique et sociologique.  

L’ouvrage est construit sur un mode collaboratif et rejoint de ce fait son sujet. A la plume de l’auteur s’ajoutent des contributions d’experts d’horizons divers. Cette structure, quoique assez surprenante au départ, permet de faire coexister différents points de vue.

 Mais la ressemblance avec l’encyclopédie collaborative s’arrête là et la structure éditoriale classique reprend ses droits. D’une part, le livre n’est nullement anonyme : la légitimité du contenu renvoie à une vision traditionnelle où l’on se fie au nom du ou des auteurs, à leur parcours académique, leurs expériences et écrits antérieurs… Et contrairement au fonctionnement de Wikipédia, les contributeurs ne pouvaient modifier ce que les autres avaient écrit.

BREF RAPPEL HISTORIQUE


Wikipédia a été créé en 2001 par Jimmy Wales et Larry Sanger. Mais sa naissance ne faisait nullement parti du projet initial. Le projet de départ, appelé Nupédia, était en réalité une encyclopédie au processus éditorial des plus classiques.


Déçu par la lenteur de progression de l’encyclopédie, Larry Sanger proposa la création d'un wiki afin d'accroître la vitesse de développement des articles. Et ce fut finalement Wikipédia qui rencontra le succès.

LES GRANDS PRINCIPES WIKIPEDIENS


Construit sur le mode du wiki, Wikipédia s’inscrit donc dans la veine des espaces collaboratifs. Les frontières traditionnelles entre l’auteur et le lecteur ont disparu, chacun pouvant être tour à tour auteur ou lecteur. La production des connaissances n’est alors plus réservée à une élite intellectuelle mais ouverte à tout “citoyen lambda” qui possède une parcelle de savoir, qu’il peut venir ajouter à l’édifice. Cette notion est d’ailleurs l’un des leitmotiv de l’ouvrage.


Un des autres grands principes est la surveillance et l’incitation mutuelle, chacun pouvant modifier les contributions des autres ou revenir à la version précédente de l’article, ce qui permet en principe de faire coexister différents points de vue et d’être ainsi au plus proche de la vérité. D’après l’auteur, cela a plutôt conduit à la généralisation d’un consensus sur la vérité, menant par là même à un relativisme ambiant.


Autre fondement de Wikipédia : l’anonymat. L’utilisation d’un pseudonyme est obligatoire, ce qui exclut d’en tirer la moindre gloire.


Wikipédia se caractérise alors par le plaisir de participer à la création d’un bien commun, en partageant son savoir.


Pour Marc Foglia, Wikipédia se définit donc comme un véritable cocktail philosophique où coexiste “une inspiration libérale et communautariste”.


LE RESURGENCE DES IDEAUX DES LUMIERES


Wikipédia n’est pas sans rappeler L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Dans un certain sens, l’idéal partagé par le siècle des lumières et Wikipédia présente des similitudes frappantes, comme celle de la diffusion universelle des savoirs. D’autres ressemblances existent également : dans L’Encyclopédie, les auteurs signaient en utilisant des signes, ce qui n’est pas si éloigné des pseudos utilisés dans Wikipédia. D’autre part, L’Encyclopédie eut en son temps des critiques identiques ; on lui a notamment reproché d’étendre la connaissance en superficie et de diminuer par là même le véritable savoir. Il y a néanmoins une différence de taille : les auteurs de L’Encyclopédie étaient tous des intellectuels, tandis que ce sont les “citoyens lambda” qui participent à l’élaboration de Wikipédia, même si se cachent parmi eux quelques experts. Mais n’est ce pas là la marque du XXIe siècle ?


UN PHENOMENE QUI S’INSCRIT DANS L’AIR DU TEMPS


Wikipédia n’a pas rencontré un tel succès par hasard. Et c’est justement ce que Marc Foglia met en évidence, en montrant que ce phénomène s’inscrit parfaitement dans son époque.


A une époque où la méfiance à l’égard du pouvoir des experts et des institutions est de mise, où l’on cherche à s’émanciper des tutelles ordinaires, où l’on veut en finir avec les intermédiaires, Wikipédia répond parfaitement aux exigences du monde actuel.


L’outil en lui-même possède toutes les qualités recherchées dans notre société : instantanéité et réactivité. Ce constat a d’ailleurs une forte résonance dans le monde de l’info-doc, où l’on constate fréquemment le besoin d’autonomie grandissante des utilisateurs allié à un besoin d’extrême simplicité ; bref, un monde merveilleux où l’information pertinente est accessible à tous d’un seul clic.


CONTROVERSES & PARADOXES


Depuis sa création, Wikipédia n’a cessé de susciter des réaction extrêmes : enthousiasme démesuré pour certains et dénigrement complet pour d’autres. 


Cet ouvrage, en revanche, propose une analyse objective du phénomène et des réactions qu’il a vu surgir.


Parmi les critiques les plus virulentes, on retrouve généralement celles du monde enseignant et universitaire avec la question de la qualité des articles. 


Puisque tout un chacun peut écrire et modifier des articles, il est normalement possible d’y écrire des informations erronées, que ce soit volontaire ou non*


L’encyclopédie Wikipédia n’est pas mauvaise ni dangereuse en soi, mais le problème vient plutôt de la façon dont les lecteurs reçoivent l’information. Prendre l’information de Wikipédia pour une vérité absolue, omettre volontairement de consulter d’autres sources et manquer totalement d’esprit critique, voilà le vrai danger ! Et c’est justement l’un des rôles de l’enseignant de développer chez chaque personne cet esprit critique.


Or, on constate que les nouveaux médias ont eu des effets négatifs sur les étudiants, amenant une certaine confusion entre autorité et notoriété. Le sondage OpinionWay disponible à la fin de l’ouvrage révèle ainsi que 24 % des 18-24 ans font entièrement confiance aux articles qu’ils lisent sur Wikipédia, tandis que ce chiffre est ramené à 4 % chez les plus de 60 ans. “Le wikipédisme est un jouet amusant pour les têtes bien faites. Pour les jeunes têtes, c’est autre chose”. 


Mais Wikipédia n’est qu’une partie du problème ; c’est le rapport tout entier à la culture et la connaissance qui a été bouleversé par l’arrivée des nouveaux médias. 


Certains arguments reviennent ainsi fréquemment chez les fervents défenseurs de Wikipédia : le partage universel des savoirs, la liberté d’expression, la démocratie participative, le bien commun, l’idéal humaniste... Et pourtant, les auteurs soulignent de nombreux paradoxes. 


Wikipédia, qui est certes gratuitement accessible sur le Web, est malgré tout réservée à ceux qui ont les moyens de s’équiper d’un ordinateur et d’un accès à Internet. Autre paradoxe : le nombre de contributeurs actifs est en réalité assez limité et l’on est assez loin de cet idéal démocratique où chacun apporte sa pierre à l’édifice. 


En France, on estime qu’il y a à peine quelques milliers de contributeurs réguliers et, parmi eux, un nombre important de doctorants, universitaires et spécialistes. Marc Foglia pointe d’ailleurs l’émergence d’une nouvelle élite sur Wikipédia, qui maîtrise parfaitement le langage, la syntaxe et les règles d’un wiki (l’édition étant assez complexe et nécessitant un certain nombre de connaissances informatiques) et qui n’a pas particulièrement l’intention de le rendre plus accessible. 


“C’est une porte d’entrée de la connaissance dont l’humanité a souvent rêvé et qui attire nécessairement la critique car la réalité ne peut correspondre au rêve”.


On recommandera donc cet ouvrage d’une lecture agréable, qui a le mérite d’analyser le phénomène Wikipédia sous un angle à la fois sociologique, politique et philosophique. On appréciera également l’objectivité de l’auteur, permettant ainsi de faire avancer la réflexion : ce qui change des éternelles querelles entre pro et anti-Wikipédia où règne la plus grande subjectivité. A lire absolument !


* voir à ce sujet l’article “Controverses autour de l’encyclopédie Wikipédia”, paru dans le n°59 de Netsources (novembre-décembre 2005) et en accès libre sur Bases-Publications.com.

POUR INFO
“Wikipédia : Média de la connaissance démocratique”
Marc Foglia
Date de parution : avril 2008
Editeur : FYP Editions
Format : 14.5 x 19.5, 224 pages,
19,50 €
ISBN : 978-2-916571-06-5



Carole Barthole
Publié dans le n° 78 de Netsources (Janvier-Février 2009)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire