Pharmapendium optimise le développement des médicaments

Tous  les spécialistes savent combien le développement d’un médicament est une course contre la montre, compte tenu de la durée de vie limitée d’un brevet, même s’il existe parfois des moyens de la prolonger.
            
Outre le temps nécessaire aux expérimentations, les relations avec les autorités de régulation sont également très consommatrices  de temps et de délai. C’est le cas, en particulier, avec la FDA (Food and Drug Administration) américaine car, bien sûr, tous les laboratoires souhaitent commercialiser leurs médicaments aux Etats-Unis.

Avant d’autoriser la commercialisation d’un médicament, la FDA examine les documents fournis par les laboratoires, qui comprennent notamment les résultats commentés des essais réalisés.
             
S’en suit un échange de correspondances, fort utile pour retracer le dialogue entre la FDA et le laboratoire. Retrouver des informations sur des dossiers antérieurs  permet par exemple d’éviter de faire ou de refaire une expérimentation qui peut prendre plusieurs mois, ou encore d’utiliser une décision prise sur un dossier antérieur dans un cas similaire, pour tenter de convaincre la FDA.
             
La difficulté est que, s’il existe bien un site de la FDA en libre accès, toutes les informations ne sont pas disponibles et pas toujours recherchables facilement.
            
 C’est pour résoudre cette difficulté qu’Elsevier a construit son produit Pharmapendium, à partir d’une sélection de documents de la FDA. Ces derniers concernent les médicaments approuvés depuis l’origine, c’est-à-dire depuis la fin des années 1930 pour les USA.
             
Ces médicaments peuvent être toujours commercialisés ou avoir été retirés parce que des effets secondaires ont été découverts, ou qu’un médicament plus performant a été commercialisé.
             
Cela ne constitue pas l’ensemble des données de la FDA mais le FDA Approval Package Database.
             
Précisons que les médicaments couverts sont du secteur CDER (Center for Drug Evaluation and Research) de la FDA et non pas du secteur CBER (Center for Biologics Evaluation and Research) ; cela signifie, par exemple, que les vaccins ne sont pas pris en compte.
             
D’autres sources viennent compléter celles de la FDA comme, depuis novembre dernier, la banque de données EPARs (European Public Assessment Reports) de l’EMEA (European Medicines Agency), pour les médicaments approuvés par cet organisme depuis 1995.
             
On trouve également les données du Meyler’s Side Effects of Drugs, une sélection de données de toxicité concernant les médicaments approuvés du RTECS (Registry of Toxic Effects of Chemical Substance) et du AERS (Adverse Event Reporting System) et d’autres encore issues de la littérature.
             
Tout cela illustre bien le centrage de ce service sur les effets secondaires des différents médicaments, en réunissant les données précliniques, cliniques ou postérieures à l’approbation.
             
On notera que ce service est une source précieuse pour des données de pharmacocinétique.
             
Pharmapendium est typique-ment un produit web, avec des possibilités de recherche classiques sur ce genre d’interface.
             
Une recherche simple sur tout ou partie des sources, au choix, prend en compte les synonymes par défaut et est effectuée sur le texte complet des documents présents dans la base.
             
Les opérateurs booléens et de proximité, ainsi que masque et troncature sont disponibles, de même que la possibilité de rechercher une expression exacte.
             
Les résultats apparaissent sous forme de liste, avec la source (par exemple FDA Approval Package), l’année de publication, le nom du médicament concerné et la première occurrence rencontrée (seulement) d’un des termes de recherche.
             
Un clic sur Query details permet de voir comment le système a intégré les synonymes (si la case est cochée) à la formulation de la question.
             
Pharmapendium utilise un thesaurus pour identifier les synonymes des noms de médicaments et les Adverse effects/Toxicity terms.
             
Pour ces derniers le producteur s’est appuyé sur le MedDRA, un dictionnaire hiérarchisé des effets secondaires, développé par l’ICH (International Conference on Harmonization).
             
On peut aussi chercher par médicament ou par Adverse effects/Toxicity terms, en  choisissant parmi les arborescences de termes proposées sur la gauche de l’écran.
             
Si on lance une requête par médicament, après l’avoir (les avoir) sélectionné(s) dans la colonne de gauche, on obtient un tableau avec trois colonnes : Preclinical Data, Clinical Data et Post Marketing Reports (AERS) et autant de lignes que d’effets secondaires retrouvés, sachant que l’on peut rester au niveau général ou sélectionner des effets secondaires plus précis à l’intérieur d’une catégorie.
             
A l’intersection ligne/colonne, se trouve le nombre de documents à partir duquel un clic donne les informations essentielles : nom du médicament, adverse effects/ toxicity, espèce (utile pour les données précliniques), dose, type de dose, route, année et un lien vers le document d’où sont extraites ces données.
             
On peut aussi filtrer les résultats par différents critères, sources ou type de résultats et se concentrer sur les données précliniques, cliniques ou post marketing.
             
Les informations peuvent provenir de différentes sources.
            
Certaines, telles que la FDA/EMEM/Mylers, permettent un accès au texte intégral des documents et un clic sur le titre affiche alors directement la page appropriée.
             
Pour l’information extraite de la littérature en revanche, le lien redirige l’utilisateur vers le site de la publication ou de l’éditeur ; l’accès au texte est alors fonction des conditions d’abonnement.
            
On peut aussi partir des effets secondaires et utiliser la grande souplesse du système pour rajouter des éléments de recherche ou filtrer les résultats.
             
Des recherches par structures chimiques sont également possibles.

           
Les applications de Pharmapendium sont nombreuses et peuvent permettre de réaliser un gain de temps très appréciable dans le développement d’un nouveau médicament.
             
Parmi les questions pour lesquelles Pharmapendium peut apporter des réponses utiles, on pourra citer :
            
- quels autres médicaments ont la même combinaison d’effets secondaires que mon candidat médicament ?
            
- quelles sont les données des études cliniques et précliniques qui peuvent être intéressantes ?
             
- quels sont tous les effets secondaires et les données de toxicité liés aux médicaments qui interagissent avec la/les même(s) cible(s) que le composé sur lequel je travaille ?
             
- quels engagements pour la phase IV étaient demandés pour les médicaments approuvés dans la même classe ?
            
- nous pensons utiliser tel excipient pour la formulation de notre nouveau médicament, mais nous avons besoin de savoir s’il a déjà été précédemment approuvé pour une application intraveineuse ;
             
- trouver des liens cibles/ maladies que l’on ne connaissait pas.
             
Pharmapendium est mis à jour une fois tous les deux mois.
             
On trouve, par ailleurs, des informations issues de la FDA dans d’autres banques de données, notamment sur Dialog. Certaines sont également dans Pharmapendium et d’autres non, soit parce qu’elles concernent, par exemple, les “medical devices”, soit parce qu’elles ne sont pas dans la “philosophie” de Pharmapendium.


François Libmann
Publié dans le n° 259 de Bases (Avril 2009)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire