Firefox, le couteau suisse du veilleur

Le navigateur internet Mozilla Firefox vient tout juste d’annoncer avoir atteint le symbolique milliard de  téléchargements depuis son lancement, il y a 5 ans.
             
L’occasion pour nous de revenir sur son succès grandissant et de présenter l’un de ses principaux atouts : les add-ons, qui le démarquent de son concurrent Internet Explorer et lui confèrent une véritable valeur ajoutée.

             
Ces add-ons sont des extensions destinées aux internautes, aux webmasters et aux développeurs. On en recense actuellement plusieurs milliers, disponibles à l’adresse suivante : https://addons.mozilla.org/fr/ firefox. Leurs utilisations sont aussi nombreuses que variées, allant d’un simple changement d’apparence du navigateur à un outil surveillant les changements sur une page web.
             
Nous présenterons ici les extensions qui nous ont paru les plus utiles pour les professionnels de l’information : mini-outil de veille, optimisation des flux RSS…
             
Cette liste n’est évidemment pas exhaustive et l’on ne saurait trop conseiller de se rendre sur la page d’accueil des add-ons, pour avoir un aperçu des solutions disponibles.
             
DES OUTILS POUR OPTIMISER SA VEILLE
             
• Update Scanner : un mini outil de veille
             
Update Scanner détecte les changements intervenant sur une page web. Il propose peu de fonctionnalités, mais il peut néanmoins s’avérer utile pour surveiller des pages ne disposant pas de flux RSS.
             
Une fois l’extension ajoutée à Firefox, une flèche apparaît en bas à droite du navigateur. Il suffit alors de cliquer sur cette flèche (ou d’utiliser Alt+U) pour ouvrir le panneau latéral d’Update Scanner.
             
Pour mettre une page sous surveillance, il suffit de faire un clic droit n’importe où en fond de page et de sélectionner “Vérifier les mises à jour de la page”.
            
On ouvre alors une fenêtre “Propriétés” qui permet de définir, grâce à deux curseurs, les plannings de surveillance (toutes les 5 minutes, 15 minutes, 30 minutes, 1 h, toutes les 6 h, quotidienne, hebdomadaire ou manuelle) et les changements à surveiller (tout changement, plus de 10 caractères modifiés au minimum, 50 caractères au minimum, 100, 500 ou 1000).
             
Les pages mises à jour apparaissent en gras dans le panneau latéral et en cliquant sur leur nom, on ouvre la page dans la partie centrale avec les modifications surlignées en jaune ; on peut aussi visualiser l’ancienne page. Update Scanner propose enfin d’afficher un pop-up d’avertissement lorsqu’il y a un changement.
             
http://updatescanner.mozdev.org
             
• Dapperfox : créer des fils RSS sur des pages qui n’en possèdent pas
             
Nous avions présenté dans le n°74 de Netsources (mai-juin 2008) trois outils permettant de créer des flux RSS sur des pages n’en disposant pas. L’un d’entre eux, Dapper, propose une extension Mozilla qui rend l’utilisation de cet outil encore plus simple et intuitive.
             
Une fois téléchargé, une icône Dapper est disponible dans la zone de saisie de l’URL. Lorsque l’utilisateur désire créer un flux sur une page, il lui suffit de se rendre sur la page en question, de cliquer sur l’icône et de choisir Create a new RSS feed for this page. Il se retrouve alors sur la page de Dapper et n’a plus qu’à suivre les instructions.
             
www.dapper.net.
              
• Google Reader Watcher : pour utiliser au mieux Google Reader
             
Google Reader est aujourd’hui l’un des agrégateurs de flux RSS les plus utilisés par les internautes. L’un des seuls reproches que l’on pourrait lui adresser, c’est de ne pouvoir être prévenu en temps réel quand un flux a été mis à jour, lorsque l’on ne se trouve pas sur cet outil – contrairement à ce que proposent Bloglines, Feeddemon ou encore Newzie. Le problème est désormais résolu avec Google Reader Watcher.
            
Une fois installé, cet add-on affiche, en bas à droite de l’écran du navigateur – à la condition bien sûr d’être “loggé” avec son compte Google – une petite icône indiquant le nombre de billets non lus dans Google Reader.  Un pop-up s’ouvre à chaque fois qu’un des flux est mis à jour.
            
Un clic droit sur cette icône affiche le nom des flux mis à jour avec, pour chacun, le nombre de billet non lus. On peut alors choisir de ne lire que les billets d’un flux.
            
Le service permet aussi de filtrer les résultats qui apparaîtront dans l’alerte. Pour supprimer l’alerte de certains flux, il suffit de faire un clic droit sur l’icône de Google Reader Watcher et de choisir  l’option Préférences. Il ne reste plus qu’à entrer les noms des flux à exclure de l’alertes, séparés par une virgule et le tour est joué (case “Filtrer les flux qui ont ce tag”).
            
 http://ajnasz.hu/google-reader-watche
            
DE PETITS OUTILS POUR GAGNER DU TEMPS
            
• PDF Download : transformer  le Web en PDF
             
Rares sont ceux qui n’ont jamais été confrontés à des problèmes d’impression de pages web : pages qui ne s’impriment qu’à moitié, bouts de texte manquants, mise en page désastreuse, etc.
             
PDF Download résout tous ces problèmes en transformant la page web en un document PDF, avec une apparence conforme à ce que l’on peut voir sur l’écran.
             
Une icône s’ajoute en haut à droite de la barre des tâches de Mozilla et un simple clic transforme la page, tout en conservant l’ensemble les liens hypertexte.
             
www.pdfdownload.org/
             
• Read It Later : des signets intelligents
             
Lorsque l’on découvre une page web intéressante mais que l’on désire la lire plus tard, le réflexe le plus courant consiste à l’enregistrer dans ses Favoris.

Les Favoris sont certes très pratiques, mais il ne sont malheureusement utilisables que sur un seul poste.
             
Read It Later ajoute une icône (ressemblant à une croix) dans la zone de saisie de l’URL.
             
Lorsque l’internaute se trouve sur une page qu’il désire lire plus tard, il clique sur l’icône qui devient rouge et ajoute donc cette page à l’outil. Une icône de livre en haut à droite de l’écran permet de visualiser sa liste de pages à lire.
            
L’un des atouts de cet outil est de pouvoir lire l’ensemble des pages en mode hors connexion et de pouvoir transformer sa liste en flux RSS. Cela permettra notamment de partager ces informations avec des collaborateurs.
             
http://readitlater.com
              
• FireShot : La capture d’écran simple et perfectionnée
             
Sauvegarder la copie d’une page web – ou d’une partie de la page – sous forme d’une image peut parfois être un véritable casse-tête. En effet, l’impression écran ne permet pas d’avoir une copie complète de la page, la barre des tâches de Windows y apparaît, ce qui n’est presque jamais utile et l’image est enregistrée dans un format très lourd, ce qui peut vite donner des documents de plusieurs Mo difficiles à envoyer.
             
Une fois installé l’add-on FireShot, on dispose d’un symbole “S” rose en haut à droite de Firefox. Un clic sur cette icône renverra sur une interface de retouche d’image.                    

Fireshot a alors copié la partie de la page visible à l’écran en éliminant la barre des tâches du navigateur en haut et la barre des tâches de Windows en bas. Comme sur Paint, il est possible de sélectionner une zone sur la page, dessiner, ajouter du texte, etc. Tout ceci sans sortir de son navigateur. Autre option intéressante : copier l’intégralité de la page web, même si tout n’est pas visible à l’écran. Pour cela, il faut cliquer non pas sur l’icône rose dans le navigateur mais sur la flèche noire sur sa droite et choisir Capturer la page entière. 

La page ne pèse alors que quelques ko contre quelques Mo lors d’une copie d’écran classique.
            
http://screenshot-program.com/fires
             
D’AUTRES OUTILS BIEN PRATIQUES
             
• SeoQuake : tout savoir sur le référencement d’un site
            
L’extension SeoQuake permet d’obtenir un certain nombre d’informations concernant un site web.
           
A chaque requête dans un moteur, une barre SeoQuake s’affiche en dessous de chaque résultat ; sur chaque page web, une barre est disponible en haut de l’écran.
             
Par défaut, la barre indique le PageRank Google (note attribuée par Google à chaque page, et utilisée dans son algorithme de classement), le nombre de pages indexées dans Google, le nombre de liens pointant vers cette page (opérateur link: de Yahoo!) ou vers ce nom de domaine (linkdomain: de Yahoo!),  le nombre de page indexées par Bing, une estimation du traffic, la date de création du site (établie à partir de la date à laquelle le site a été ajouté à archive.org), un lien vers tous les signets Delicious sur cette page et un lien vers le Whois pour savoir à qui appartient le site.
             
On peut personnaliser ces informations, en ajoutant ou en enlevant certains critères.
             
On pourra se servir de SeoQuake pour obtenir des informations sur son propre site, mais également pour se faire une idée de la popularité et de l’importance d’un  site.
            
Pour une meilleure lisibilité, on conseillera néanmoins de n’activer le service que lorsque ceci est véritablement nécessaire.
            
http://ff.seoquake.com/
            
• Who is this person : tout savoir sur une personne en quelques clics
             
Nous avions récemment parlé dans Netsources des moteurs de recherche de personnes (voir Netsources n°77).
             
Le plugin Who is this person? permet de retrouver rapidement des informations sur un individu en interrogeant plusieurs services. Lors de sa navigation, l’internaute peut découvrir le nom d’une personne sur une page et vouloir en savoir un peu plus à son sujet. Il lui suffit alors de mettre en surbrillance le nom de cette personne, de faire un clic droit, choisir Who is this person, puis sélectionner le moteur qu’il souhaite utiliser pour la recherche.
             
Sont disponibles : Wink Searches, Linkedin, Wikipédia, Facebook, ZoomInfo, Google News, Spock, Wikiyou, Technorati, IMDB, Yahoo people search, Zabasearch, MySpace et une simple recherche dans Google.
             
www.spideysenses.com
             
Il existe d’autres add-ons particulièrement intéressants lors de recherches dans un moteur généraliste.
             
Nous avions déjà présentés Search Cloudlet (Netsources n°78), mais il en existe d’autres, comme Webmynd, qui ajoute sur la droite des résultats d’un moteur des résultats en provenance d’autres sources (moteur de commentaires, You Tube, Wikipédia, Twitter, etc).
             
On regrettera simplement que de nombreux services informatiques de grandes entreprises françaises interdisent l’usage de Firefox à leurs employés.



Carole Barthole

Publié dans le n° 81 de Netsources (Juillet/Août 2009)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire