L'entonnoir. Google sous la loupe des sciences de l'information et de la communication


Coordonné par Brigitte Simonnot et Gabriel Gallezot, “L’entonnoir” est un ouvrage collectif au sous-titre évocateur : “Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication”.
            
Comme l’explique Hervé Le Crosnier dans sa préface,  “la métaphore de l’entonnoir, comme toutes celles auxquelles on peut penser, ne peut représenter qu’une partie du Google-monde. Il s’agit pour Google de transvaser tout l’internet, les milliards de pages disponibles, dans ses centres serveurs, puis de rendre indispensable l’usage du moteur de recherche à celui qui veut retrouver une information, un document, une personne, une vidéo, une musique, voire même un extrait d’une conversation par mail ou forum. Bref, d’accéder à la vie numérique par le petit bout de l’entonnoir.”

             
Le but de cet énième ouvrage sur le célèbre moteur est de s’attacher à ce qui se joue dans ce passage par l’entonnoir.
             
Loin des guides pratiques, il s’apparente plus à un ensemble d’essais critiques rédigés par des chercheurs et/ou maîtres de conférences en SIC, organisés en trois parties : les pratiques, les méthodes et les discours de Google.
             
En matière de pratique, ce sont les usages de recherche d’information de deux publics spécifiques – les étudiants et les journalistes – qui sont analysés, par Brigitte Simonnot pour les premiers et par Nicolas Pelissier et Mamadou Diouma Diallo pour les seconds.
             
Une enquête révèle ainsi que Google occupe une position hégémonique auprès du public estudiantin et qu’il leur donne une illusion d’autonomie en matière de recherche d’information.
             
Quant aux journalistes, ils font la part belle à la communication marketing du moteur dans leurs colonnes et s’approvisionnent de plus en plus auprès de lui.
             
Pour autant, ces deux publics se représentent mal le fonctionnement des outils de recherche et manquent de recul par rapport à leur usage du moteur.
             
La question de la formation des étudiants aux outils de recherche est abordée dans la deuxième partie par Alexandre Serres et Olivier Le Deuff, qui insistent sur la nécessité qu’il y a à placer celle-ci dans le cadre plus vaste d’une formation à la culture informationnelle.
             
Olivier Ertzscheid, Gabriel Gallezot et Eric Boutin complètent cette partie par un texte intitulé “PageRank : entre sérendipité et logiques marchandes”.
             
Après avoir rappelé que l’algorithme s’est inspiré à l’origine des indicateurs scientométriques, les auteurs soulignent l’instrumentalisation du concept de pertinence par le moteur et son détournement au profit d’une logique marchande. Ils concluent en dressant une “typologie de la sérendipité” des plus intéressantes.
             
La troisième partie enfin s’attache aux discours de Google avec, notamment, une analyse du “googling” qui, pour Philippe Dumas et Daphné Duvernay, peut être considéré comme “une manifestation d’un discours idéologique s’insérant dans un imaginaire d’internet”.
             
Céline Masoni-Lacroix et Paul Rasse concluent l’ouvrage par une analyse du “discours paradigmatique” de Google.
            
Et en guise de postface, on trouve la superbe nouvelle “enGooglés” de Cory Doctorow, que nous avions citée dans le n°70 de Netsources.
            
INFORMATIONS :
             
L’entonnoir
             
sous la dir. de Brigitte Simonnot et Gabriel Gallezot
Editions C&F, 2009, 248 pages
ISBN 2-915825-05-X, Prix : 24 €
             
http://cfeditions.com/entonnoir




Béatrice Foenix-Riou

Publié dans le n° 81 de Netsources (Juillet/Août 2009)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire