Springerlmages.com : un nouvel acteur dans les bases images

En lançant le produit CSA Illustrata il y a plus de deux ans, CSA a vraiment franchi un pas, avec l’indexation des images de centaines de milliers d’articles scientifiques.                                  
Des possibilités de recherches innovantes ont ainsi été proposées, permettant notamment d’identifier des documents à partir de données concernant l’image, la figure ou le tableau et non seulement le texte de l’article lui-même (voir Bases n°236, mars 2007).
             
L’annonce récente par Springer du lancement de SpringerImages est de nature comparable, même si elle est  décalée de deux ans.
             
SpringerImages propose plus de 1,9 millions d’images issues des publications et des livres édités par Springer, à la différence de CSA Illustrata qui a des accords avec de nombreux éditeurs, CSA n’étant pas lui-même éditeur.
             
Sur le total, près de 42 000 images sont en accès libre, ce qui est à la fois peu et beaucoup, et rappelle l’intérêt que Springer porte à l’open access, puisqu’il a en effet racheté en octobre 2008 le serveur spécialisé Biomed Central (voir Bases n°253, octobre 2008).
             
Cet ensemble d’images en accès libre doit augmenter significativement, suite à un accord avec un laboratoire de l’université de Yale.
             
Les images proposées par SpringerImages couvrent tous les domaines, mais la médecine et la santé publique sont particulièrement bien couvertes (près de 28 % du total), de même que les sciences de la vie (plus de 20 %) et la chimie (plus de 15 %) ; la géographie est aussi présente avec 4 079 images, tout comme la psychologie (13 598 images) et la science des matériaux (27 590 images).
            
 Ces images peuvent être de différentes natures : photos, graphiques, histogrammes, figures ou tableaux.
             
Pour assurer la qualité des résultats, le moteur cherche non seulement sur les mots de la légende de l’image mais également, si on le souhaite, sur des phrases du texte de l’article qui sont liées à l’image.
             
C’est, sauf erreur, moins sophistiqué que chez CSA Illustrata, qui ajoute une indexation spécifique aux images.
             
Le copyright est détenu le plus souvent par Springer et, en principe, les images qui ont un autre copyright n’apparaissent pas. En tout état de cause, chaque image propose un lien “Report copyright” qui donne les précisions utiles.
             
D’une façon générale, les images présentes peuvent être reprises, à condition que cela ne soit pas dans un but commercial. On peut donc les utiliser sans problème, dans une présentation par exemple.
             
Lorsque l’on se connecte, une simple zone de saisie permet d’entrer un terme et de le rechercher soit dans les légendes des images, soit dans le texte ; c’est ainsi qu’une recherche avec le mot airbag donne 15 réponses si on se limite à la légende, et 42 si l’on cherche sur le texte.
             
Quant au mot skin, les résultats sont respectivement de 7 349 et 21 916.
             
On peut classer les images par pertinence, ordre chronologique ou ante-chronologique.
             
Sur la partie gauche de l’écran, apparaissent les premiers sujets auxquels sont rattachés les résultats ainsi que les premières sources, mais on peut les voir tous si on le désire. Un clic permet d’afficher les résultats d’un sujet ou d’une source.
             
On peut également préciser des caractéristiques de l’image : tableau, couleur, noir et blanc… ou se limiter à l’ensemble des images en libre accès.
             
Une grille de recherche avancée propose une multitude de rubriques que l’on peut utiliser simultanément. On peut alors sélectionner, en plus, les sujets dans une liste détaillée, les sources, les dates, les auteurs, les images en couleur ou en noir et blanc.
             
On peut ensuite chercher à l’intérieur des résultats.
             
Pour chaque image sélectionnée, on trouve la légende, un extrait de l’article lié à l’image, les autres images présentes dans l’article – sauf, en principe, celles qui ont un autre copyright que celui de Springer – et un lien vers l’article, que l’on peut acheter en ligne, le prix étant souvent de 34 $ si l’on n’est pas déjà abonné à la publication ou si elle n’est pas en open access. On peut visualiser gratuitement le fac similé de la première page de l’article, qui contient le résumé et le début du texte.
             
Une fois visualisée une ou plusieurs images, on peut les sauvegarder au format PDF ou au format PowerPoint.
            
Le coût d’un abonnement individuel annuel est plutôt raisonnable,  à 595 $ (441€) pour la totalité et 395 $ (293 €) pour la partie médecine et sciences de la vie ; on peut penser que ce prix unitaire baisse significativement pour  des abonnements groupés, mais il n’y a pas d’autre option que l’abonnement annuel.
             
On peut cependant, après s’être inscrit – gratuitement –, rechercher et visualiser les images en open access.
             
Comme on le voit le “filon” des images se développe rapidement. Il est vrai que la possibilité de rechercher sur les images est un élément important dans la recherche scientifique, qui avait été peu exploité jusque là.
             
L’évolution rapide de la technologie permet aujourd’hui d’avancer rapidement dans cette direction.

INFORMATIONS
www.springerlimages.com



François Libmann
Publié dans le n° 267 de Bases (Janvier 2010)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire