Le projet collaboratif 2.0


L’ouvrage “Le projet collaboratif 2.0 : Pour mobiliser la documentation au service de l’entreprise”, coécrit par Florence Gicquel et Aref Jdey, vient de paraître aux éditions de l’ADBS.

Les “projets collaboratifs 2.0” et la “gestion de projet 2.0” sont à la mode, et ce quel que soit les domaines d’activités et les fonctions occupées dans l’entreprise. Les exemples sont d’ailleurs nombreux : mise en place d’un intranet collaboratif, mise en œuvre d’un processus de veille et de capitalisation des connaissances pour les membres d’un service R&D… 


Par le terme “projet collaboratif 2.0”, on comprendra qu’il s’agit de projets basés sur “la collaboration, la mise en commun des connaissances dans un contexte d’immédiateté, de spontanéité et d’interactivité” et généralement supportés par des outils du Web 2.0 (blogs, wikis, réseaux sociaux…). Les projets 2.0 ne sont pas à proprement parler des projets documentaires, mais ils nécessitent une vraie stratégie documentaire.

Les professionnels de l’information et notamment les managers et responsables en info-doc peuvent donc se retrouver confrontés à de telles problématiques en pilotant des projets 2.0 pour le compte du service de documentation ou bien en étant impliqués dans des projets plus transversaux dans l’entreprise.


Cet ouvrage, fidèle à la mission de la collection L’essentiel sur…, s’inscrit dans la veine des guides pratiques courts, efficaces et didactiques.


Mais alors que l’on s’attend à lire un ouvrage plutôt traditionnel sur la gestion de projet (grandes étapes, les erreurs à éviter, les facteurs de succès, retours d’expériences…), appliqué au monde de l’information et aux bouleversements engendrés par le Web 2.0, on découvre en filigrane une invitation ou plutôt une exhortation à repenser l’approche des activités documentaires pour les adapter au monde 2.0.


COMMENT REUSSIR UN PROJET COLLABORATIF 2.0
             
A la manière d’un ouvrage traditionnel sur la gestion de projet, les auteurs détaillent donc les différents stades de développement d’un projet 2.0 (expérimentation, pilote et déploiement), les questions clés à se poser avant de se lancer, les points de vigilance et les raisons du succès. Pour la touche 2.0, un chapitre complet est consacré à un panorama des applications 2.0 allant des outils de collecte (les agrégateurs de flux RSS par exemple), de gestion et partage de contenu (blogs, wikis…), d’édition collaborative, des outils de diffusion (Netvibes, blogs, Twitter…) aux outils de gestion et d’animation de communautés.
             
On appréciera le chapitre intitulé “retours d’expériences”, qui permet de visualiser concrètement en quoi peut consister un projet 2.0 dans le monde de l’information. Pour chaque retour d’expériences, on dispose d’un petit encadré détaillant les points de vigilances et les raisons du succès.
           
Les exemples choisis sont d’ailleurs très judicieux, car ils illustrent bien la diversité des projets 2.0 et les multiples secteurs d’activité dans lesquels ils peuvent être développés (ici un service de R&D, un service de documentation dans le service public et une école de doc). Au programme donc, une offre Web 2.0 pour le service documentation de la région Haute-Normandie, l’offre UniversDoc à l’INTD (blog, portail Netvibes et répertoire de signets sous Delicious) et de la veille collaborative R&D chez Essilor. On retiendra de ces trois exemples (mais cela s’applique également à la majorité des projets 2.0) que le budget engagé était relativement faible, mais le temps passé très important.
            
LES MUTATIONS NECESSAIRES DU MONDE DE L’INFORMATION
           
Derrière ce discours méthodologique sur la gestion de projet 2.0, les auteurs nous proposent une vision moderne du métier égrenée par petites touches aux quatre coins de l’ouvrage.
            
Contrairement à certains discours ambiants qui prédisent la fin programmée des professionnels de l’information, désormais dépossédés de leurs missions premières par des utilisateurs toujours plus autonomes, cet ouvrage propose une vision beaucoup plus optimiste sans pour autant être utopique : les professionnels de l’infodoc, de par leurs compétences, ont un rôle à jouer dans l’entreprise de demain mais si, et seulement s’ils revoient en profondeur le contenu et la forme des services qu’ils proposent et acquièrent de nouvelles compétences.
           
Les retours d’expériences présentés dans l’ouvrage se veulent d’ailleurs la preuve qu’un renouveau de la profession est possible.
             
Le Web 2.0 a indéniablement bouleversé la relation entre le centre de documentation et ses utilisateurs, mais il a également entraîné une surproduction de contenus. Et c’est justement l’un des points sur lesquels les professionnels ont un rôle à jouer, en améliorant notamment l’accessibilité au contenu (structuration, organisation, etc).
            
Dans ce contexte, les services d’information se doivent d’améliorer leur réactivité, leur proactivité, leur visibilité et la proximité avec leurs utilisateurs.
            
“La fonction info-doc est invitée à repenser son approche des activités en passant d’un management de stocks de données à un management des flux et des acteurs”. 
           
Cela ne remet nullement en cause les compétences traditionnelles des professionnels de l’information, qu’il faut continuer de valoriser ; mais de nouveaux savoir-faire et méthodes doivent désormais s’ajouter à la panoplie du parfait “pro de l’info” : animation de communautés (en accompagnant et en encourageant les membres de ces communautés à participer activement), veille métier sur les nouveaux usages, techniques et pratiques, capacités de sensibilisation et de vulgarisation auprès des interlocuteurs de l’organisation, pilotage de prestataires extérieurs et maîtrise des technologies nouvelles.
             
En fait, le professionnel de l’information évoluerait de plus en plus vers un rôle de “référent méthodologique”.
             
On appréciera donc cet ouvrage à la fois simple et efficace.
             
Les personnes engagées ou désireuses de s’engager dans des projets 2.0 y trouveront les réponses nécessaires ou, du moins, les bases pour commencer. Pour les autres, la vision du métier véhiculée en filigrane, même si elle n’est pas radicalement nouvelle, justifiera la lecture.
            
POUR INFO
             
“Le projet collaboratif 2.0 : pour mobiliser la Documentation au service de l'entreprise”
Florence Gicquel et Aref Jdey
ADBS Editions
Collection : L'essentiel sur...
2010, 62 pages,
ISBN 978-2-84365-119-9
15,00 € TTC


Carole Barthole
Publié dans le n°85 de Netsources (Mars/Avril 2010)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire