EThOS : Electronic Theses Online Service

En septembre dernier, la British Library (en lien avec le CRL, Center For Research Libraries, basé à Chicago) a annoncé avoir ajouté à son service de thèses en ligne (EThOS) 400 thèses britanniques, portant sur le Moyen-Orient et les études islamiques. A cette occasion, nous avons testé le service EThOS (Electronic Theses Online Service) qui ne manque pas d’atouts pour séduire les professionnels de l’information en quête de thèses britanniques.
              
Lancée en 2008, La base EThOS est gérée par la British Library en partenariat avec JISC et les acteurs de l’enseignement supérieur au Royaume-Uni. 
 
Les ambitions affichées par le service sont d’offrir un point d’accès unique à toutes les thèses produites au Royaume-Uni, d’aider les acteurs de l’enseignement supérieur dans leur transition vers l’électronique et de démontrer la qualité de la recherche dans ce pays, afin d’attirer de futurs étudiants et chercheurs, ainsi que des investissements dans le domaine de la recherche.
            
Le but à long terme est de numériser et de rendre accessible l’intégralité des thèses britanniques depuis le 17e siècle.
             
A l’heure actuelle, 113 universités participent au projet, parmi lesquelles on pourra citer Brunel University, University College London, Imperial College London ou encore la London School of Economics and Political Science.
           
Plus de 250 000 thèses britanniques y sont référencées, dont plus de 38 000 sont d’ores et déjà numérisées. Ces dernières sont d’ailleurs accessibles gratuitement après enregistrement.
            
La page d’accueil d’EThOS, avec un contenu minimaliste à la Google, propose un moteur de recherche simple qui permet d’entrer plusieurs mots-clés séparés implicitement par un AND. L’utilisation des opérateurs OR et AND NOT est également possible.
             
Sous la zone de recherche, il est proposé de limiter la sélection en cochant la case “Limit search to items available for immediate download”.
Il existe également une interface de recherche avancée qui propose plusieurs champs de recherche – trois par défaut, mais l’on peut en créer plus –, qui peuvent être séparés par un AND, OR, AND NOT.
             
A l’intérieur de chaque champ, les opérateurs booléens sont autorisés et l’on peut choisir de limiter la requête, grâce à une liste déroulante, au résumé, au nom de l’auteur, au titre, à l’institution (21 choix possibles)…
             
Les résultats s’affichent par ordre de pertinence et il n’existe malheureusement pas d’autres possibilités de classement (par date par exemple).
             
Pour chaque thèse, on dispose du titre, du nom de l’auteur, du nom de l’institution et de l’année de soutenance et, sur la droite, d’une icône PDF si la thèse est téléchargeable gratuitement.
            
L’ensemble des thèses téléchargeables immédiatement est disponible gratuitement après la création d’un compte.
             
Pour les autres, plusieurs cas de figures existent : certaines ne sont pas encore numérisées et il faut en faire la demande pour obtenir une version électronique dans un délai de 30 jours.
             
Pour la très grande majorité, cela se fait sans frais, puisque c’est l’université détentrice de la thèse qui prend en charge les frais de numérisation. Mais, pour les universités qui n’ont pas le budget nécessaire pour prendre en charge les frais de numérisation, c’est à l’utilisateur de s’acquitter des frais.
            
Pour finir, certaines thèses indexées ne font pas parties du programme EThOS et il n’est donc pas prévu que le texte intégral soit un jour disponible.
            
A titre de comparaison, nous avons voulu confronter le contenu offert par EThOS avec celui de NDLTD (Networked Digital Library of  Thesis and Dissertations), une organisation internationale qui recense des thèses et mémoires électroniques du monde entier – les thèses réunies par ce réseau sont accessibles, notamment, par le moteur de recherche Scirus –.
             
Et le résultat est sans appel : très peu de thèses indexées dans EThOS le sont également dans NDLTD.
            
EThOS se révèle donc être la ressource de référence en matière de thèses britanniques et l’on ne pourra qu’apprécier de pouvoir accéder sans frais à un grand nombre d’entre elles.
             
INFORMATIONS

http://ethos.bl.uk/Home.do
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire