A la recherche des archives de presse féminine


Longtemps, il fut vain de chercher à récupérer les archives numériques de la presse féminine. Ces magazines étaient généralement absents des bases de données traditionnelles (ou, dans le meilleur des cas, disponibles au format texte sans image) et proposaient sur leurs sites web un contenu rédactionnel très éloigné de celui de la version papier.
            
En 2007, dans un article de Bases intitulé «La presse magazine grand public devient peu à peu accessible en ligne» (Bases n°242), nous avions remarqué l’amorce d’un changement dans le monde de la presse magazine – et notamment de la presse féminine –, avec le lancement de différentes initiatives sur le Web et l’intégration progressive de ces titres aux bases de données classiques. 

       
Malgré tout, le corpus proposé restait relativement faible.
             
Qu’en est-il plus de trois ans après, à l’heure où les magazines se dématérialisent pour pouvoir être consultés sur des supports nomades (iPad et tablettes numériques en tout genre) ?
             
Nous avons décidé de faire un tour d’horizon (sans prétention d’exhaustivité) des solutions permettant d’accéder aux archives de presse féminine grand public (mode, décoration, art, cuisine, etc) en France, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.
             
PRESSE FEMININE FRANCAISE : UNE AMELIORATION CONSTANTE DE LA COUVERTURE
             
- Les bases de données traditionnelles
            
Pour la presse française, EDD est sans nul doute le serveur le mieux achalandé en termes de presse féminine.
             
Le contenu s’étoffe d’année en année et il est très important de noter que les articles sont de plus souvent proposés avec les images. On dénombre à l’heure actuelle une cinquantaine de titres de presse féminine, parmi lesquels on pourra citer Avantages, BE, Biba, Closer, Elle, Grazia, Ici Paris, Marie Claire, Modes & Travaux, Nous deux, Public, Cosmopo, Famili, Maison Revues, Marie France ou encore Votre Beauté.
             
Pour les autres serveurs en revanche, la presse féminine fait toujours figure de grande absente : on ne retrouve pas le moindre titre de presse féminine française grand public sur Europresse, Factiva, LexisNexis ou encore Delphes.
             
Au mieux, on pourra glaner quelques titres de presse féminine professionnelle comme Cosmétiques Hebdo, Cosmétiques Mag, Fashion Daily News ou encore Parfums Cosmétiques Actualités sur Factiva, Europresse et Delphes.
            
- Des initiatives visant le consommateur final
             
On dénombre plusieurs services web permettant d’accéder à la presse féminine française grand public.
             
Le nombre de titres et l’antériorité des archives varient d’un service à l’autre mais ils ont tous un point commun : leurs fonctionnalités de recherche restent assez limitées et l’on est à mille lieux des possibilités offertes par les serveurs classiques.
             
Cela s’explique sans doute par le fait que ces services s’adressent directement au lecteur et non spécifiquement au professionnel de l’information, féru de stratégies de recherche élaborées.
            
L’initiative d’HDS Digital, créée par Hachette Distribution Service, filiale de Lagardère existe toujours.
             
Créé en 2006, HDS Digital proposait et propose toujours un concept de kiosque de presse numérique. Disponible en marque blanche, il est utilisé aujourd’hui par plusieurs sites, dont Virginmega.fr et Relay.com.
             
Ces deux sites donnent accès aux mêmes titres de presse féminine, mais on note quelques différences lorsque l’on compare les possibilités de recherche et le nombre de résultats.
             
Au niveau du corpus, on dénombre une cinquantaine de titres féminins aussi bien sur Relay que sur VirginMega. On retrouve la majorité des titres disponibles sur EDD (comme Grazia, Be, Pleine Vie, Marie Claire, Elle, etc.), mais également d’autres titres incontournables comme Gala, Glamour ou encore Vogue.
             
Sur Virginmega.fr, on accède au kiosque numérique en cliquant sur  l’onglet Presse, en haut de la page d’accueil. Il est alors possible de naviguer parmi les différentes catégories de magazines, ou de lancer une recherche sur l’intégralité du corpus ; le moteur de recherche simple ne permet malheureusement pas de restreindre la requête à la presse féminine .
             
On se contentera d’ailleurs d’entrer un seul mot-clé, car le moteur produit des résultats très surprenants dès lors qu’on essaye d’en saisir plusieurs.
             
Ainsi, une recherche avec le mot-clé «Carla» retrouve :
            
• 1 résultat dans les titres des magazines numériques  : la recherche semble se faire automatiquement sur les formes approchantes du terme, car le magazine sélectionné est  Terra Corsa ;
             
• 3 réponses dans la recherche par mots-clés ;
            
• et 224 résultats dans les sommaires des publications.
             
Mais si l’on croise «Carla» avec un mot qui n’existe pas (comme usdghjdgdd par exemple), le moteur retrouve tout de même quatre résultats dans les sommaires des publications. Etrange…
             
Enfin, l’un des atouts du kiosque de VirginMega est qu’il offre, pour certains titres, des archives remontant à 2006.
             
Sur le kiosque numérique de Relay.com, la même requête obtient :
              
• 1 résultat dans les titres des magazines numériques (toujours Terra Corsa !) ;
             
• 3 réponses dans la recherche par mots-clés ;
             
• et 28 dans la recherche au cœur de la presse.
             
Contrairement à VirginMega, qui lance la recherche sur les sommaires des magazines, le moteur de Relay interroge le texte intégral des articles et présente les mots-clés en contexte ; il semble néanmoins se limiter aux magazines récents (jusqu’à 3-4 mois maximum).
             
En croisant «Carla» avec un mot qui n’existe pas, le moteur ne retrouve pas cette fois-ci de résultats dans le texte intégral.
             
Depuis 2009, Relay propose également un service de veille sur la presse, permettant de rechercher au cœur des magazines et de s’abonner ensuite à des alertes (http://alertespresse.relay.com).
            
Lorsque l’on utilise cette interface, on a la surprise de découvrir que les fonctionnalités de recherche sont plus avancées et les résultats moins imprécis que sur le kiosque numérique. 
            
Le moteur permet d’entrer des mots-clés séparés implicitement  par un AND, des expressions exactes (« ») et offre même la troncature en fin de mot. Il comprend parfaitement les opérateurs booléens et effectue la recherche sur la forme exacte du mot.
            
On peut choisir de lancer la requête dans les sommaires ou dans le texte intégral et l’on peut ensuite limiter par type de presse (féminins notamment).
            
Il est ensuite possible d’acheter au format numérique les numéros que l’on souhaite.
            
Les tarifs sont très variables d’un titre à l’autre (moins de 1 € jusqu’à plus de 10 €) et il existe à la fois des forfaits et des formules d’abonnement (non disponibles pour l’intégralité des titres).
            
Dans la même veine qu’HDS Digital, on signalera ensuite Zinio.com.
             
Même s’il s’agit originellement d’un service américain disponible depuis de nombreuses années, ce portail offre des versions nationales pour une vingtaine de pays dont la France (http://fr.zinio.com).
             
Dans sa version française, une vingtaine de titres de presse féminine sont disponibles.
             
On retrouve Cosmopolitan, Glamour, Marie-Claire... mais également des titres non repérés jusqu’à présent, comme Jalouse, Femme Actuelle ou encore Vivre côté Paris.
             
Le fonctionnement est simple : on entre sa requête dans la zone de saisie disponible en haut à droite de la page d’accueil. Les mots-clés sont implicitement séparés par un AND ; les opérateurs OR et NOT ne semblent malheureusement pas fonctionner.
             
La recherche est élargie automatiquement aux formes approchantes du mot, mais on peut exiger la forme exacte en utilisant les guillemets.
             
Quelques tests nous ont permis de constater que si certains titres possèdent plusieurs années d’archives pour l’achat au numéro, les résultats de Zinio ne remontent qu’à six mois maximum ; ces résultats sont d’autre part classés uniquement par pertinence (et non par date).
             
Pour chaque résultat, on dispose d’un aperçu de la page dans laquelle se trouve le mot-clé recherché et l’on peut acheter le numéro au format numérique (les tarifs se situent généralement entre 0,50 € et 4 €). Ce numéro peut être lu sur le site de Zinio, ou être téléchargé sur le lecteur propriétaire de Zinio.
             
Enfin, on citera également Pickanews.com, un moteur de recherche plurimédia qui indexe plus de 50 000 sources d'information de presse écrite, audiovisuelle et Internet en France et en Europe.
            
Il propose une large couverture de la presse féminine française grand public. On recense les habituels Biba, Closer, Cosmopolitan... mais également d’autres titres comme Maxi, 20 ans, Brune, Causette, Miss Ebène, Oops ou encore Version Femina.
             
La zone de saisie de la page d’accueil permet de lancer une recherche simple sur les journaux & magazines, internet & blogs, TV & radios ou tous les médias et l’on peut, depuis la page de résultats, affiner sa requête grâce à différents critères (tous les mots, expression exacte, aucun des mots suivants, au moins un des mots-suivants ou dans la source suivante).
             
On peut aussi filtrer les résultats par période (aujourd’hui, hier, sept jours précédents, 30 jours ou 90 jours, Pickanews ne conservant que les archives de moins de trois mois), par pays, type de médias (presse, internet), type de sources (presse régionale, magazine ou professionnelle, blogs, etc) ou encore par thématique (actualités générales, féminine, sport & loisirs, etc.).
             
Seul problème : ce n’est pas parce qu’il indexe et signale les articles que l’on peut forcément acheter l’article ou le numéro en question.
             
Pour certains titres, Pickanews propose d’acheter directement la version numérique et/ou papier (Closer est disponible en version numérique et papier tandis que Miss Ebène, Maxi ou encore Oops ne peuvent être achetés qu’en version papier.).
             
Pour d’autres titres, Pickanews se contente d’un lien vers le site de l’éditeur et, dans ce cas, tous les cas de figure peuvent exister : achat des archives sur le site de l’éditeur (Causette par exemple), archives en libre accès, archives en partie disponibles, ou même aucune archive disponible (comme sur le site de Version Femina par exemple).
           
Au final, même si l’on ne peut nier l’amélioration des contenus proposés, la recherche d’archives de presse féminine reste malgré tout un parcours du combattant.
             
Ainsi, il manque encore quelques titres importants dans EDD et les fonctionnalités de recherche et/ou l’antériorité des archives proposées par les services comme Relay, Zinio ou encore Pickanews restent trop limitées.
             
LA PRESSE FEMININE AUX ETATS-UNIS ET AU ROYAUME-UNI : PAS SI FACILE
              
Le Royaume-Uni et les Etats-Unis surtout regorgent de titres de presse féminine aux noms prestigieux – Cosmopolitan, Vogue, Glamour, etc. Ces deux pays sont d’autre part  souvent pionniers en matière de numérique et de nouvelles technologies.
             
On s’attendait donc tout naturellement à retrouver d’un simple clic la quasi-totalité des archives de la presse féminine grand public. Il n’en est malheureusement rien…
            
- Presse féminine américaine : pas mal mais peut mieux faire
            
 On pourra nuancer notre propos pour la presse américaine, qui n’est finalement pas si mal pourvue, même si l’on aurait pu s’attendre à mieux.
            
 Pour commencer, la presse féminine américaine est plutôt bien représentée dans les serveurs classiques comme Factiva, LexisNexis ou encore Dialog.
             
On recense une dizaine de titres dans Factiva (Allure, Esquire, Glamour, Lucky, Teen Vogue, Vogue ou encore W) et une quinzaine dans LexisNexis (parmi les plus connus : Allure, Esquire, Glamour, Good Housekeeping, Harper’s Bazaar, Lucky, Marie-Claire, O, The Oprah Magazine, Self ou encore Vogue).
            
Sur Dialog, on trouve également un certain nombre de titres dans le fichier n°47 (Gale Group Magazine Database), parmi lesquels Harper’s Bazaar, Vogue, Cosmopolitan, Curve, Good Housekeeping, Glamour, Seventeen, W, Self ou encore Esquire.
            
Même si l’on est encore très loin de l’exhaustivité, la couverture n’est donc pas si mauvaise...
             
Mais l’accès à la presse féminine via les grands serveurs possède un défaut majeur : ces serveurs ne proposent les articles qu’au format texte – donc sans images –, ce qui diminue grandement leur intérêt, surtout quand on connaît la proportion d’images dans ce type de médias.
           
On peut alors se tourner vers la version américaine de Zinio (www.zinio.com), le service dont nous avons parlé précédemment.
             
La couverture proposée par Zinio en matière de presse féminine fait rêver : plus de 200 titres ! En revanche, on regrette l’absence de fonctionnalités de recherche sophistiquées, l’impossibilité de classer les résultats autrement que par pertinence et une faible antériorité des archives (six mois maximum pour la plupart des titres).
            
D’autre part, la consultation de certains titres – tels que Shape par exemple – n’est possible que pour les individus résidants sur le sol américain ou canadien.
             
Pour finir, nous avons consulté les sites de plusieurs titres de presse féminine américaine, pour voir s’ils proposaient leurs archives en ligne ; le résultat fut malheureusement peu concluant. La grande majorité des titres ne dispose pas des archives en ligne (que ce soit de manière payante ou gratuite) et le contenu rédactionnel proposé sur le site n’a généralement rien à voir avec le contenu de la version papier.
             
- Presse féminine britannique : toujours à l’ère du papier
             
Au Royaume-Uni, la recherche d’archives de presse féminine grand public devient véritablement problématique.
             
Dans les serveurs traditionnels, la presse féminine est inexistante ou presque : on ne retrouve qu’un seul titre dans LexisNexis et Factiva (Just Style) et encore, il s’agit plus d’un titre professionnel que grand public.
             
Pickanews indexe bien un grand nombre de titres britanniques (Company Magazine, Zest, Your Hair, Woman’s Weekly, Stylist, She, More, Now Magazine, OK Magazine, Closer, Star ou encore Reveal) mais, dans la très grande majorité des cas, il ne permet pas d’acheter directement le numéro et offre simplement un lien vers le site de l’éditeur – éditeur qui ne propose d’ailleurs quasiment jamais d’archives en ligne.
            
La seule et unique solution réside alors dans l’utilisation de Zinio (dans sa version britannique) qui, comme on a pu le voir précédemment, n’est pas exempt de quelques défauts majeurs.
             
On se consolera donc avec la petite vingtaine de titres disponibles comme Company, Cosmopolitan UK, Good Housekeeping UK, Harper’s Bazaar UK, Hello Magazine, Instyle UK, Marie Claire UK, OK Magazine, SHE, Tatler ou encore Zest.
             
Comme le montre ce tour d’horizon, malgré les années et le développement des offres numériques pour la presse magazine, la recherche d’archives de presse féminine n’est toujours pas un long fleuve tranquille…
             
Ce type de sources est pourtant tout à fait pertinent pour traiter des questions relatives aux produits de beauté, aux tendances de consommation, mais aussi pour effectuer des recherches à caractère sociologique...


Carole Barthole
Publié dans le n°280 de Bases (Mars 2011)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire