Panorama de la presse locale et régionale en ligne

Les articles de presse locale et régionale française constituent une mine d’information pour les professionnels de l’infodoc. Même si ces titres regorgent d’articles à caractère anecdotique, comme la liste et photos des mariages et naissances, le descriptif minutieux d’une soirée loto à la mairie ou encore le portrait en double page du président du tennis-club, il n’en reste pas moins que l’on peut y découvrir de véritables pépites, qui apportent une réelle valeur ajoutée dans le cadre d’une veille ou d’une recherche ponctuelle. On peut ainsi y trouver des informations sur les entreprises locales, les usines, les activités des associations, l’impact de certaines mesures nationales au niveau local, etc.

Il y a cinq ans, nous avions fait le point sur la présence en ligne des titres de la presse locale et régionale («Presse locale et régionale en ligne : le mouvement s’enclenche», Bases n°224, février 2006, http://goo.gl/9A8d2).
             
A l’époque, le constat était sans appel : la mise à disposition des archives de presse régionale n’en était qu’à ses balbutiements, surtout au niveau de la presse hebdomadaire régionale.
            
On recensait tout au plus une cinquantaine de titres offrant des archives en ligne, auxquelles on pouvait accéder soit via les agrégateurs Pressedd, Europresse, Factiva  ou LexisNexis, soit directement sur les sites web des éditeurs.
             
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en cinq ans, le paysage a considérablement changé. Le nombre de titres mettant à disposition leurs archives en ligne a ainsi augmenté de façon exponentielle, même si tous n’offrent pas encore cette possibilité.
            
Il nous a donc semblé utile de dresser un nouveau panorama de l’offre en matière de presse locale et régionale en ligne et d’analyser son évolution. On distinguera dans ce tour d’horizon les deux principaux moyens d’accès aux archives de la presse locale : via les grands serveurs et agrégateurs d’une part et, d’autre part, directement sur les sites de certains éditeurs proposant leurs archives gratuitement ou moyennant un abonnement, un forfait ou un paiement à l’unité.
             
LES SERVEURS/AGREGATEURS : UNE OFFRE PLETHORIQUE

Le moyen le plus simple et le plus rapide d’accéder aux archives de la presse locale consiste, on ne le répètera jamais assez,  à utiliser les grands serveurs/agrégateurs. Ils permettent en effet d’interroger simultanément un grand nombre de titres, avec des possibilités de recherche sophistiquées.
             
• Pressedd : maillot jaune
             
En matière de presse locale et régionale, Pressedd est de loin le mieux achalandé et la liste de titres disponibles ne cesse de s’allonger.
             
Pour ce qui est de la PQR (presse quotidienne régionale), on recense une quarantaine de titres accessibles sur l’agrégateur (comme Le Parisien, l’Alsace, Ouest France ou encore Le Progrès).
             
Pour chacun de ces titres, on dispose des archives de la version papier avec une antériorité variant d’un titre à l’autre. On notera que six de ces titres proposent également les archives de leur site web (Le Berry, Le Journal du Centre, La Montagne,             Le Populaire, Le Parisien et L’Yonne Républicaine).
             
Une dizaine d’autres titres sont accessibles par le service FAR (France Actu Région), mais les archives sont limitées aux trois derniers jours, ce qui pose un réel problème dans le cas d’une recherche nécessitant un minimum d’antériorité.
             
On citera notamment Centre Presse Aveyron, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, le Progrès de Fécamp ou encore le Courrier de l’Ouest.
             
Le Syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR) revendique à ce jour 61 adhérents, ce qui laisse supposer qu’une dizaine de titres manquent encore à l’appel sur Pressedd. On compte parmi eux Est Eclair, Libération Champagne, La Marseillaise, Centre Presse Vienne, la Dordogne Libre, l’Hérault du Jour, la Presse de la Manche, le Journal de la Haute-Marne ou encore Vosges Matin.
             
Mais c’est au niveau de la PHR (Presse hebdomadaire régio-nale) que les progrès réalisés en cinq ans sont les plus saisissants.
             
Pressedd indique disposer aujourd’hui d’environ 250 titres de PHR, là où le syndicat de la PHR annonce 287 adhérents. EDD serait donc proche de l’exhausitivité.
             
En y regardant de plus près, on constate que, par rapport à la liste des adhérents du syndicat, une soixantaine de titres sont en réalité absents de l’agrégateur.     
             
On citera parmi ceux-ci Les Affiches de Grenoble ou du Dauphiné, L’Ami du peuple hebdo, l’Echo de Brou, le Patriote Beaujolais ou encore La Voix du Gers. 

Le décalage s’explique par le fait que Pressedd propose quelques titres non-membres du syndicat, ou liste chaque édition d’un journal, là où le syndicat les regroupe sous une même bannière. Mais la couverture n’en reste pas moins impressionnante.
            
 Pour finir, on notera la présence d’une petite dizaine de titres de presse économique de portée régionale, comme Bref Rhône Alpes ou encore Sud Infos.
             
• Europresse : sur la deuxième marche du podium
             
En deuxième position – mais néanmoins très loin derrière –, on retrouve Europresse, l’agrégateur canadien, avec une quarantaine de titres de presse locale et régionale.
            Europresse se révèle être une source à ne pas négliger, car très complémentaire de Pressedd : il propose en effet une dizaine de titres qui ne sont pas disponibles chez ce dernier : Centre Presse Vienne, Centre Presse Aveyron, L’Est Républicain, Le Progrès de Fécamp, Le Havre Libre, Le Havre Presse, Paris Normandie, les sites web de quelques titres de PHR (La Haute-Gironde, La Dépêche du Bassin, Le Journal du Médoc, L’hebdo de Charente-Maritime) et quelques titres économiques, comme La Lettre Valloire et ToulEco.
            
Notons également que pour certains titres, Europresse propose les archives du site web, là où Pressedd ne propose que les archives de la version papier : c’est notamment le cas pour Sud Ouest, La République des Pyrénées, Le Journal du Centre et Midi Libre.
             
Si l’on ne peut pas se cantonner à une recherche dans Europresse, ce serveur constitue néanmoins un bon complément.
            
• LexisNexis et Factiva : les deux lanternes rouges
            
LexisNexis et Factiva arrivent encore plus loin derrière, mais on leur concèdera que la presse locale française n’est pas, à la base, leur cœur de cible.
             
Factiva recense une vingtaine de titres de presse locale et régionale dont deux seulement ne sont pas accessibles sur Pressedd, mais le sont sur Europresse : Centre Presse Aveyron et L’Est Républicain.
             
Mais là où Factiva présente un réel intérêt par rapport aux deux premiers, c’est qu’il indexe le contenu d’une vingtaine de sites web de presse locale.
             
Six de ces sites sont accessibles via la rubrique «Publications» et l’on peut ensuite extraire chaque article au format de son choix, au même titre que n’importe quelle autre publication papier.
             
C’est le cas de Lamontagne.fr, Leberry.fr, lejdc.fr, leparisien.fr, lepopulaire.fr et lyonne.fr.
             
14 sites sont en revanche classés dans la rubrique «sites web» : on peut alors effectuer une recherche sur le contenu de ces sites depuis Factiva mais, en cliquant sur le titre de l’article, on se retrouve automatiquement redirigé sur la page web correspondante.
             
C’est le cas du Bien Public, du Dauphiné Libéré, de la Dépêche du Midi, des DNA, d’Est Eclair, de l’Eveil de la Haute-Loire, de l’Indépendant, du Journal du Pays Basque, de Lyon Capitale, de la Marseillaise, du Midi Libre, de Nice Matin, du Progrès et de la Provence.
             
LexisNexis, de son côté, dispose d’une vingtaine de titres de PQR, dont six ne sont pas disponibles dans Pressedd mais le sont dans Europresse : Centre Presse Aveyron, L’Est Républicain, Le Havre Libre, Le Havre Presse, Paris Normandie et le Progrès de Fécamp.
             
A cela s’ajoute le contenu de quelques titres économiques comme Bref Rhône Alpes ou la Lettre Valloire (tous disponibles ailleurs) et de cinq sites web que l’on peut également retrouver ailleurs (Leberry.fr, Lamontagne.fr, Lepopulaire.fr Lejdc.fr et Lyonne.fr).
           
Au final, on pourra couvrir la majeure partie de la presse locale et régionale française en interrogeant les grands serveurs agrégateurs.
            
Pour la PQR, une quinzaine de titres papier seulement n’y sont pas accessibles (hors FAR), parmi lesquels Les Dernières Nouvelles d’Alsace, La Provence, Le Républicain Lorrain, L’Union, L’Ardennais, Le Courrier de l’Ouest, Est Eclair, Libération Champagne, La Marseillaise, L’Hérault du Jour, La Dordogne Libre, La Presse de la Manche, Le Journal de la Haute-Marne, Vosges Matin.
             
Pour la PHR, on pourra estimer à une cinquantaine le nombre de titres absents des agrégateurs.
             
Si l’on ne dispose pas d’abonnement à l’un ou plusieurs des agrégateurs mentionnés, on pourra toujours se rendre sur le site web des différents titres de presse, pour voir s’ils donnent accès à leurs archives.
             
Et là tous les cas de figure coexistent : certains ne proposent pas leurs archives en ligne, d’autres les offrent en accès libre et d’autres encore les mettent à disposition moyennant paiement (paiement à l’article, pass une journée, abonnement mensuel, appel d’un numéro surtaxé, etc).
             
Cette démarche peut donc vite s’avérer longue et fastidieuse en raison du nombre important de sites à consulter.
             
Notons tout de même que Pressedd propose pour les non-abonnés une interface simplifiée (en termes de possibilités de recherche), qui permet d’interroger en accès libre les titres du serveur, puis d’acheter ponctuellement les articles de son choix (www.pressedd.com).
            
LES AUTRES TITRES : CHACUN POUR SOI
             
Et qu’en est-il des titres absents des agrégateurs ? Est-il tout de même possible d’accéder à leurs archives ou bien n’ont-ils tout simplement aucune politique en matière de conservation et de diffusion de leurs articles ?
             
Pour y voir un peu plus clair, nous avons décidé de sélectionner quelques titres de PQR et de PHR et d’aller vérifier pour chacun d’entre eux s’il y avait un accès possible à leurs archives en ligne.
             
Pour la PQR, nous avons sélectionné quatre titres au hasard : Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Est Eclair, le Journal de la Haute-Marne et Vosges matin.
             
On constate que Les Dernières Nouvelles d’Alsace et Vosges Matin ont adopté un modèle payant : le premier offre un moteur de recherche relativement sophistiqué – à des années lumières toutefois des fonctionnalités offertes par les agrégateurs – dédié aux archives.
             
Pour accéder aux articles repérés, il faut ensuite appeler un numéro de téléphone surtaxé pour obtenir un code, qui permet d’accéder à cinq articles complets (+ deux gratuits). Ce code est valable deux mois.
             
Vosges Matin quant à lui propose un moteur de recherche simple, qui permet de limiter les résultats par catégories, date, personnalités, localisation ou organisations.
             
Pour accéder au texte intégral, il faut ensuite souscrire un pass pour un jour, sept jours ou un abonnement mensuel.
             
Le Journal de la Haute-Marne pour sa part dispose d’une rubrique «archives» offrant un moteur de recherche très simple (mot-clé et intervalle de dates). Nous avons recherché quelques titres d’articles parus dans la version papier au cours des derniers mois : le moteur en retrouve bien quelques-uns, mais c’est très loin d’être la majorité.
             
Et pour finir, Est Eclair nous pose devant une problématique bien différente : impossible de trouver sur le site web la moindre rubrique «Archives», ni même la moindre information concernant la présence d’éventuelles archives.
             
Et pourtant, le site ne ressemble en rien à un site vitrine : le contenu est dense et mis à jour très régulièrement.
             
Nous avons donc recherché quelques titres de la version papier via le moteur de recherche disponible sur la page d’accueil : et pour notre plus grand plaisir, nous les avons tous retrouvés. Voici donc un site qui propose gratuitement ses archives, mais n’en fait absolument aucune publicité !
             
Pour la PHR, la situation de flou est sensiblement la même, voire pire.
             
A titre d’exemple, La République de Vierzon dispose d’un site internet mais n’y diffuse pas ses archives, L’Essor Sarladais propose ses archives, qu’il faut consulter une par une car il n’y a aucun moteur de recherche, L’Ami Hebdo semble diffuser ses archives, mais il s’agit en réalité d’une infime sélection, L’Informateur Corse Nouvelle diffuse quelques anciens numéros sur Calaméo, La Voix du Cantal n’a pas de site web mais diffuse quand bon lui semble quelques articles sur un groupe Facebook et le Patriote Beaujolais dispose d’un moteur de recherche qui retrouve bien les archives, mais affiche une page blanche à chaque fois que l’on clique sur le titre d’un article....
             
Bref, pour les titres absents des agrégateurs, aucun modèle ne semble se dégager.
             
Il va donc falloir regarder au cas par cas, ce qui peut vite devenir chronophage.
             
Espérons que les éditeurs auront la bonne idée de signer un accord avec un ou plusieurs agrégateurs de presse, afin de rendre leur contenu plus accessible !
              
En conclusion, même si quelques titres de presse locale et régionale restent encore difficilement accessibles, la situation a tout de même considérablement évolué en cinq ans. Le nombre de titres accessibles via les agrégateurs est passé d’une cinquantaine à plus de 300. Et pour ceux qui en sont absents, la disponibilité des archives en ligne sur le site est de plus en plus courante.
           
Il ne nous reste plus qu’à refaire le point dans cinq ans, afin de vérifier si les dernières brebis égarées ont enfin rejoint le rang…



Carole Barthole
Publié dans le n° 283 de Bases (Juin 2011)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire