Le Droit : une arme dans la guerre économique

Thibault du Manoir de Juaye est un auteur prolixe qui occupe un créneau peu fréquenté, à l’intersection du droit et de l’intelligence économique. Cela est somme toute logique car, outre son goût pour l’écriture, cet avocat s’intéresse activement et depuis longtemps à l’intelligence économique.
             
Dans l’ouvrage «Les robes noires dans la guerre économique» qu’il vient de publier aux éditions Nouveau monde, il aborde un aspect souvent ignoré ou mal connu des «guerres» – en général économiques – que peuvent se mener dans la durée, et souvent avec une forte intensité, différents organismes ou entreprises.

Lorsque ces «guerres» atteignent un certain niveau de violence, il n’est pas rare que la communication prenne le relais et que par la presse, le grand public – au moins le grand public professionnel – en soit informé. Mais ce grand public  n’en perçoit que l’écume et ignore le plus souvent les multiples procédures judiciaires, qui forment la colonne vertébrale de l’évolution du conflit.
             
En effet, si certaines «guerres économiques» sont avant tout affaires de communication et de lobbying, d’autres sont essentiellement constituées d’une multitude de procédures judiciaires, parfois indépendantes les unes des autres, mais ayant en général pour caractéristique de connaître plusieurs rebondissements s’étalant dans un temps assez long.
            
Il fallait un praticien du droit ayant un réel intérêt pour l’intelligence économique pour être capable de retracer, sans faire de faux sens ni de contre sens, les épisodes judiciaires parfois multiples et les situer dans les stratégies globales des différents protagonistes.
             
C’est ce à quoi s’est attelé l’auteur, avec la prudence nécessaire pour éviter tout risque de diffamation, sur une série d’affaires qui, pour la plupart, ont défié la chronique.
             
Parmi les histoires connues, figurent bien sûr la lutte entre Greenpeace et Areva ou encore les différentes affaires liées aux opérateurs de téléphone...
             
Mais on trouve aussi un épisode bien moins médiatisé, certains préférant, on les comprend, la discrétion.
            
Il s’agit par exemple du Comité interprofessionnel des vins de Champagne, qui ne tient pas à ce que se sache trop qu’il souhaitait éloigner de sa région de production les sites de stockage de déchets radioactifs gérés par l’Andra (Agence nationale pour les déchets radioactifs).
             
On trouvera aussi relatés des épisodes liés aux algues vertes, et surtout un chapitre détaillé sur l’arme du droit au niveau international.
            
C’est donc là un ouvrage original et fort utile, pour qui a conscience de l’importance du droit dans la vie économique, en particulier en cas de conflit.
             
INFORMATIONS
             
Les robes noires dans la guerre économique
Thibault du Manoir de Juaye
Nouveau Monde éditions
288 pages
SBN : 978-2-84736-601-3
21 €



François Libmann

Publié dans le n° 284 de Bases (Juillet-août 2011)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire