Ajarchive.org : les archives de revues africaines en sciences et SHS


AJA (African Journal Archive) est un projet lancé en 2008 par Sabinet Gateway – une association sud-africaine spécialisée dans la promotion et le développement des services, dans le monde de l’information et des bibliothèques –, avec pour but de proposer en libre accès les archives de revues en sciences et sciences humaines et sociales publiées en Afrique.
Le site www.ajarchive.org, abritant les archives numé-risées, a été lancé en juin dernier. 
 
29 revues – soit 150 000 pages de revues académiques, scolaires, institutionnelles et professionnelles – ont pour le moment été numérisées. La numérisation s’effectue sans frais pour les éditeurs, qui gardent une copie mais s’engagent en retour à laisser les archives en libre accès sur le site Ajarchive.org.
            
On pourra y trouver des revues comme “Botswana Law Journal”, “Central African Journal of Medicine”, “South African Journal of Economic & Management Sciences” ou encore “South African Journal of Science”.
             
Depuis la page d’accueil, on peut choisir de naviguer dans le contenu disponible en cliquant sur l’onglet “Browse”, ou bien d’effectuer une recherche précise depuis l’onglet “Advanced Search”.
             
En choisissant Browse, on affiche une liste déroulante permettant de choisir l’une des 29 revues numérisées.
            
L’ensemble des numéros disponibles pour cette revue est alors indiqué. Chaque numéro est proposé au format PDF, avec un sommaire sur la gauche de l’écran, permettant de se rendre directement à l’article de son choix.
           
Pour la recherche avancée, il faut choisir entre quatre types d’interfaces différentes : Across all fields, Selected fields, By proximity ou By date. Il faut noter que, quelle que soit l’interface choisie, la recherche ne s’effectue jamais sur le texte intégral mais uniquement sur une quarantaine de champs au maximum (titre, sujet, date, éditeur, source…).
            
L’interface Accross all fields recherche systématiquement dans l’ensemble des champs disponibles (titre, sujet, date...).
           
On peut utiliser les opérateurs classiques via les champs “All of the words”, “The exact phrase”, “Any of the words” et “None of the words”, et indiquer si l’on souhaite que la recherche se fasse sur l’ensemble des revues ou sur celles de son choix (à sélectionner dans un menu déroulant).
            
Une fois la liste de résultats affichée, une colonne sur la gauche permet d’affiner les résultats par date, auteur ou sujet.
            
La seconde interface “Selected Fields” ressemble beaucoup à la précédente, à la seule différence que l’on peut choisir les champs sur lesquels va porter la recherche (titre, sujet, date, éditeur, source…).
             
La rubrique “By proximity” permet de saisir deux mots, de choisir le nombre de mots – de 2 à 99 – qui les sépare l’un de l’autre, de sélectionner le(s) champ(s) et la ou les revues sur lesquelles vont porter la recherche.
             
Enfin, l’interface “By date” propose d’entrer un ou plusieurs mots, de choisir le type d’opérateur booléen (all of the words, any of the words…),  le champ de recherche, la ou les revue(s) et d’indiquer un intervalle de dates ou une date précise. Il faut cependant l’utiliser avec précaution, puisque 4 revues seulement sont accessibles par ce biais.
            
On appréciera les fonctionnalités de recherche qui sont plutôt perfectionnées pour une base de données gratuitement accessible en ligne, mais on regrettera que l’ensemble de ces fonctionnalités ne soient pas regroupées au sein d’une seule et même interface. La présence de 4 interfaces différentes n’apporte d’ailleurs aucune valeur ajoutée.
             
Pour la petite touche 2.0, le site propose plusieurs flux RSS permettant d’être prévenu lorsqu’il y a de nouveaux articles ou de nouveaux numéros dans l’ensemble de la base, ou dans certains titres en particulier.
            
On peut également personnaliser le moteur de recherche en choisissant le format d’affichage des résultats, le classement des résultats (par pertinence, par date, par ordre alphabétique…), les couleurs, etc. La rubrique “My favorites” permet de conserver dans un dossier spécifique les numéros ou pages de revues de son choix.
             
QUELQUES RESSOURCES COMPLEMENTAIRES
             
Depuis la page d’accueil du site Ajarchive.org, on trouve des liens vers 43 revues sud-africaines en open access. Ces revues n’entrent pas à proprement parler dans le projet de numérisation African Journal Archive, mais sont également mises à disposition par l’association Sabinet.
            
On y trouvera des revues comme “Crime Research in South Africa”, “Indo Pacific Journal of Phenomenology” ou encore “Water Wheel”.
            
 De par leur statut, ces revues ne sont pas accessibles via le moteur de recherche décrit précédemment. Il faut se rendre sur la page dédiée à chaque revue, puis sélectionner un des numéros disponibles ou entrer une requête dans le moteur de recherche simple proposé sur la page.
            
UN CONTENU DES AUTRES INITIATIVES
            
 Cette initiative de numérisation de revues africaines en sciences et SHS n’est pas la première et nous avions déjà eu l’occasion de parler, il y a plusieurs années, du projet AJOL, African Journal OnLine (http://ajol.info/) (Bases n°208, septembre 2004).
             
Ce dernier recense des revues savantes publiées en Afrique, couvrant des domaines aussi variés que l'agriculture, les arts et la littérature, la santé, les sciences et techniques et les sciences sociales.
            
La couverture proposée par AJOL est bien plus large que celle d’Ajarchive, puisqu’on y recense actuellement plus de 389 revues.
            
En comparant les deux sites, nous avons pu constater que seules quatre revues sur les 28 proposées sur le site AJA étaient également disponibles sur AJOL.
             
Et en y regardant de plus près, on se rend compte que, pour ces quatre revues, l’antériorité des archives est bien différente sur les deux sites.
            
Pour la revue “Central African Journal of Medicine” par exemple, AJA propose en libre accès les archives de 1969 à 1993, tandis qu’AJOL offre, à l’achat, les archives de 1999 à 2002. 
 
Les deux bases sont donc très complémentaires.
             
Ebsco dispose également de plusieurs revues africaines dans ce domaine.
            
Les quelques tests que nous avons pu faire montrent que l’on retrouve quelques revues communes entre AJA et Ebsco mais, encore une fois, l’antériorité est le plus souvent différente.
            
Pour la revue “South African Journal of Wildlife” par exemple, AJA propose les archives de 1971 à 2007, tandis qu’Ebsco dispose des archives de 1994 à nos jours.
            
Au final, on ne pourra que saluer cette initiative qui permet d’accéder, au moins en partie, à des revues non disponibles ailleurs.
             
Dans les trois ans à venir, l’objectif d’AJA est de numériser, indexer et fournir l’accès à plus de 200 revues (soit plus de 90 000 articles) en sciences et SHS, avec un accent mis sur les domaines de l’agriculture, la botanique, la zoologie, l’histoire, le droit, l’éducation, la politique, la médecine et la géologie.
            
Il ne reste plus qu’à espérer que ce nouveau contenu ne fera pas doublon avec les initiatives déjà existantes.
 
INFORMATION
             
http://www.ajarchive.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire