Europressse : l'agrégateur pour les Knowledge Workers

Cedom-SNI est apparu pour la première fois en France à l’occasion de l’édition 1998 du salon IDT. L’accueil des visiteurs ayant été positif, cette société canadienne, créée en 1989, lança en France son produit Europresse, déjà commercialisé sous le nom d’Eureka au Quebec et de NewScan pour le reste du Canada.

POINTS FORTS DE L’OFFRE

Le contenu proposé par Europresse est essen-tiellement constitué de titres de presse. Ce contenu s’est étoffé au fil des années, avec une forte accélération ces derniers temps.

Alors que cet agrégateur ne proposait qu’une cinquantaine de sources d’actualité européennes – françaises surtout – et canadiennes à ses débuts en France, la situation a considérablement évolué. Mais la présence de nombreux titres de presse canadienne demeure une originalité de cet agrégateur.

De presque 200 titres en 2004, le nombre de sources a aujourd’hui dépassé les 6 000, avec un nombre croissant de titres internationaux.

Si la presse anglophone constituait à?l’origine un complément à la presse francophone, elle fait aujourd’hui l’objet de chargements importants, pour ne pas dire massifs – le nombre de titres reste néanmoins inférieur à ce que proposent LexisNexis et Factiva –.

Mais tous les titres ne sont pas accessibles à tous les clients, car l’offre est fonction du contrat choisi.

A la fin de l’année 2003, Cedrom-SNI a racheté Diva-Press ouvert au public seulement 11 mois plus tôt.

La plateforme était à l’époque différente de celle utilisée par Europresse, mais elle avait beaucoup de points communs avec la nouvelle plateforme que l’agrégateur envisageait de lancer. Ce fut l’une des raisons du rachat de Diva Presse, qui permit par ailleurs à Cedrom-SNI d’acquérir un portefeuille de clients dans la finance, ainsi que l’exclusivité de l’Agefi, qui durera plusieurs années.

ASTUCES DE RECHERCHE

Lancée en 2004, la nouvelle plateforme d’Europresse est résolument orientée vers les Knowledge Workers, avec des analyses de documents, des suggestions de liens, etc.

La partie droite de l’écran d’accueil propose, en option, quatre encadrés avec les «Nouvelles du jour» (une sélection de titres), «Egalement dans la presse», une sélection de sources et de sujets favoris sur lesquels on peut cliquer et enfin la météo du jour et des prévisions.

La recherche peut se faire, classiquement, en mode «express», ou via une grille de recherche avancée.

Dans celle-ci, on inscrit les termes de sa requête dans la zone de saisie, en utilisant les différents opérateurs de proximité et les troncatures (qui peuvent être sans limites).

On signalera un opérateur original avec le suffixe +, qui permet d’obtenir les déclinaisons et les conjugaisons d’un mot.

On peut ensuite sélectionner les sources, les sujets et les secteurs d’activité, ainsi que la période.

Les résultats apparaissent au choix classés par date, pertinence ou sources.

On trouve alors, sur la gauche de l’écran une liste de termes reliés, personnalités, entreprises et sujet.

Un clic sur l’un d’eux le rajoute à l’équation de recherche, affinant ainsi le résultat.

Ces termes sont obtenus en utilisant la technologie du Canadien nStein.

La liste de résultats peut  – au choix – s’afficher avec le début de l’article ou les mots en contexte, ou le titre et les données bibliographiques.

Un clic sur le titre fait apparaître le texte intégral de l’article. On trouve par ailleurs, à la fin de l’article, une série de «compléments  à ce document», qui est en fait une sorte d’indexation. On peut alors, d’un clic, lancer une nouvelle recherche sur l’un des termes proposés.

La possibilité de réunir les doublons est offerte dans les préférences.

On signalera enfin que lorsqu’on utilise l’opération consistant à exiger n fois la présence d’un mot dans l’article, les termes du «complément à ce document» sont aussi comptés, ce qui peut parfois surprendre.

Centré sur la France et le Canada à ses débuts, Europresse offre désormais l’accès à de nombreuses sources interna-tionales.



François Libmann
Publié dans le n° 290 de Bases (Février 2012)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire