L'information financière règlementée des sociétés cotées


Nous avons présenté FranceRegInfo.com en février 2009 (Bases n° 257), qui propose des informations réglementées sur plus de 90 % des sociétés cotées sur Eurolist Paris, ce qui représente plus de 600 entreprises.
 
On y trouve non seulement les rapports trimestriels, semestriels et annuels, mais aussi 90 % des communiqués publiés par ces entreprises, le critère étant que sont réglementées, donc prises en compte, les informations susceptibles d’avoir un impact sur les cours de la bourse ce qui est, on en conviendra, une définition assez large.

Pour mettre ces informations à disposition, Labrador – le producteur de la base – a signé des accords avec l’AMF (Autorité des marchés financiers) et les six sociétés qui diffusent les communiqués des entreprises, à savoir BusinessWire, Hugin (récemment rachetée par Thomson), Les Echos, Actu News, La Tribune Wire et DI Release.
 
Ces informations sont fréquemment en français et en anglais, alors que sur Infofinanciere.com, le site de l’AMF, ces informations sont essentiellement disponibles en français.
 
UNE COUVERTURE MONDIALE
  
Labrador a lancé récemment une version internationale, iREGinfo.com, accessible à l’adresse www.worldreginfo.com, qui couvre les sociétés qui composent l’indice phare de 43 pays, par exemple le S&P 100 pour les Etats-Unis, le FTSE 100 pour le Royaume-Uni ou le AMX20 pour l’Australie.
            
L’information est limitée ici aux rapports trimestriels, semes-triels et annuels en anglais et, le cas échéant, dans la langue originale, ce qui fait 4 ou 8 rapports par société et par an.
 
2 500 sociétés cotées sont ainsi suivies.

Ces rapports sont issus des sites officiels des pays concernés et des sites des sociétés, que les équipes de Labrador vont interroger régulièrement.

UNE ETUDE SUR L’ACCESSIBILITE DE L’INFORMATION FINANCIERE
  
Labrador et les élèves du Master Finance de Science-Po Paris ont observé de février à mars 2010 l’accessibilité de l’information financière périodique sur Internet.

L’étude a porté sur les rapports semestriels 2009 des entreprises (françaises) du SBF120, ainsi que sur les versions anglaises des sites internet de 73 entreprises, considérées comme concurrentes par les entreprises françaises sélectionnées.

Ont été également étudiés les OAMS (Officially Appointed Mechanisms) ou bases officielles d’archivage, créées dans le cadre de la Directive européenne de transparence de 2007.
 
 Parmi les résultats de l’étude, on notera la présence d’un grand nombre de rapports en noir et blanc (36 % des groupes français), sans graphique (83 %), sans repère de navigation (84%), parfois même sans sommaire (27 %) ni pagination, alors qu’ils comptent en moyenne 55 pages.
            
L’étude est disponible dans son intégralité à l’adresse : http://expert.labrador.fr.
 
 
François Libmann, Bases n°273, juillet-août 2010 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire