Nouvelle étape pour Cairn.info


Cairn.info est né en 2005 de la constatation de l’érosion progressive que subissait la diffusion des revues de sciences humaines et sociales en français ainsi que des ouvrages collectifs, hommages, actes de colloques et autres monographies de ce domaine.
            
Cette tendance était de nature à poser, à terme, le problème de la pérennité des éditeurs de ces publications.
 
 Dans le même temps, sont apparus dans ce secteur – mais du côté anglophone – des systèmes tels que JSTOR (créé en 1995), le projet Muse ou Proquest, qui proposent au moins pour une part des contenus de même nature.
             
Le risque était donc double de voir à la fois les lecteurs et les auteurs se tourner vers des publications en anglais et d’assister par voie de conséquence à la disparition des publications en français.
             
Pour contrecarrer le risque d’anglicisation, la première initiative a concerné les revues dont le recul de la diffusion était très sensible, du fait notamment de la disparition des librairies proposant des collections de revues.
             
Par ailleurs, les modèles anglo-saxons montraient que les bibliothèques étaient prêtes à préacheter des publications sous forme électronique, ce qu’elles faisaient d’ailleurs depuis toujours avec les abonnements papiers.
             
Cairn.info a donc été lancé en utilisant deux principes forts :
             
- une mutualisation ouverte à tous les éditeurs publiant en français, les fondateurs ayant été Belin, Eres, La Découverte et De Boeck Université ;
            
- une barrière mobile située à une date rétrospective de deux à cinq ans (3,8 ans en moyenne), au-delà de laquelle les articles sont gratuits et en deçà de laquelle ils sont payants, l’éditeur fixant lui même le positionnement de la barrière.
Par ailleurs, l’antériorité remonte au maximum à 2001.
             
Ce nouveau service a donc permis de répondre au double objectif de faire connaître les publications et d’augmenter les chiffres d’affaires de leurs éditeurs.
           
A ces deux principes, nous en ajouterons un troisième, plutôt peu répandu pour ce type d’offre, proposée essentiellement à des bibliothèques et plus largement au milieu académique.
             
Ce principe est l’ouverture à des clients hors bibliothèque quel qu’en soit le profil, chercheurs, professionnels, voire particuliers, sans exclusive.
             
Les clients peuvent en effet acheter des documents à l’unité sans abonnement préalable, ce que ne proposent pas, par exemple, Ebsco, JSTOR ou le projet Muse.
            
Cairn annonce que son chiffre d’affaires se répartit à 85 % pour des bibliothèques et à 15 % pour les achats à l’unité.
             
Cela permet de quantifier, au moins au niveau de l’ordre de grandeur, les recettes perdues par les agrégateurs – et ils sont nombreux –, qui s’obstinent à ne proposer que la souscription annuelle comme seul modèle de tarification.
             
Cairn est une société dont l’actionnariat est mi-public et mi-privé.
             
Les actionnaires privés sont des maisons d’édition françaises et belges, ainsi que les deux fondateurs Marc Minon et Jean-Baptiste de Vathaire, tandis que les actionnaires publics sont la Bibliothèque nationale de France (depuis 2006) et Gesval,  la société de gestion de projets et de  valorisation de l’université de Liège.
             
Cairn, qui a vocation a être autonome, est arrivée à l’équilibre financier en 2009.
             
Jusqu’à une période récente, Cairn.info ne proposait que des contenus de revues, et ce n’est que très récemment que le contenu a été élargi à d’autres types de documents, comme nous le verrons ci-dessous.
             
En terme de revues, Cairn.info offre aujourd’hui 228 revues actives et 15 non actives (qui ne publient plus de nouveau numéros), montrant que l’objectif initial de 250 à 300 revues est en vue.
             
Pour illustrer les domaines couverts et la variété des sujets, voici quelques titres de revues proposées par Cairn.info qui sont, selon le serveur, des revues de débat, de recherche, des revues professionnelles ou des revues d’intérêt général.
             
Adolescence, Afrique contemporaine, l’Année balzacienne, l’Année sociologique, Cahiers du monde russe, Documentaliste - Sciences de l’information, Espace géographique, Perspective économique de l’OCDE, la Psychiatrie de l’enfant, Revue française de gestion…
             
DE NOUVEAUX TYPES DE CONTENUS
            
L’objectif en terme de revues étant presque atteint, Cairn.info a rajouté plusieurs nouveaux types de documents.
             
Une première partie est constituée de revues dans les mêmes secteurs que les revues initialement chargées, qui sont des revues “de bonne tenue”, sans être des revues de recherche pour autant.
            
Ces revues peuvent être sélectionnées dans l’onglet Magazine si l’on veut limiter les recherches à ces publications.
             
Huit magazines sont aujourd’hui proposés :
            
- d’une part, Alternatives économiques, Alternatives internationales, Sciences humaines et les Grands dossiers des Sciences humaines obtenus directement des éditeurs ;
 
- d’autre part, Le Monde diplomatique, Manière de voir, Le Magazine littéraire et L’Histoire, fournis par Cedrom-SNI.
            
Ces magazines, qui sont plus des magazines d’actualités, seront disponibles de un à trois mois après leur parution, c’est-à-dire lorsqu’il ne seront plus proposés en kiosque.
            
Une deuxième partie est constituée d’ouvrages collectifs de recherche, qui s’adressent au même public d’étudiants avancés, d’enseignants et de chercheurs que les revues et qui souffrent généralement d’un important déficit de visibilité du fait, notamment, de leur rare ou trop brève présence en librairie.
            
Il est prévu de charger en 2010 plus de 500 ouvrages collectifs issus de différents éditeurs universitaires : De Boeck, La Découverte (notamment la collection Recherches), Erès, les Editions de l’OCDE, les Presses de Sciences Po, Quae…., mais cela n’est qu’un début.
            
La troisième partie est composée d’encyclopédies et d’ouvrages de références, en sciences humaines et sociales et plus précisément de :
             
- l’ensemble des 800 titres actifs de la collection “Que sais-je ?”, éditée par les PUF ;
           
- 200 “dossiers pays” parus dans l’Etat du Monde (Edition La Découverte), soit l’ensemble des bilans annuels, statistiques, chronologies, cartes et bibliographies depuis 1981 ;
           
- la Bibliothèque idéale des sciences humaines, constituée de 400 titres majeurs, classiques ou contemporains.
            
Ces différents contenus peuvent être recherchés séparément grâce à des onglets, ou de façon simultanée.
            
En terme de commercialisation, les bibliothèques auront toujours la possibilité de composer les bouquets de leur choix.
             
Quant aux “individuels”, les ouvrages seront proposés par chapitre, afin de ne pas concurrencer les e-books.
             
Les possibilités de recherche ne sont pas vraiment mises en avant et on le regrettera, car elles ne sont pas si rustiques que cela.
             
On dispose en effets, de masque (?), de troncature (*), d’opérateurs booléens et même de proximité (w/n), ainsi que de la possibilité de chercher une expression exacte entre guillemets. Dans la nouvelle mouture 2010, ont également été ajoutés des liens entre documents : “cités par” ou “sur un même sujet”.
             
On ne peut s’empêcher de comparer le dynamisme et la modernité de Cairn.info à l’immobilisme de la banque de données bibliographique Francis, produite par l’Inist, qui est composée de références bibliographiques avec résumé.
             
Un temps incontournable dans ce domaine, cette base n’est plus accessible que sur des services anglo-saxons, proposant uniquement des abonnements annuels.
             
On se réjouira donc du dynamisme et du succès de Cairn.info, initiative francophone. Elles sont en effet peu nombreuses, face à l’abondance – voire au rouleau compresseur – des produits anglo-saxons.
             
D’AUTRES PORTAILS DE REVUES
            
Il existe néanmoins d’autres initiatives françaises dans le domaine des sciences humaines et sociales, mais avec une logique généralement différente.
           
On peut citer Persée.fr, créé et lancé en 2005 par le ministère de l’Education nationale et de la Recherche, qui a pour vocation la numérisation et la mise en ligne des collections rétrospectives d’un corpus en sciences humaines et sociales, avec une logique d’accès public et gratuit. 88 revues sont présentes sur le portail.
           
Revues.org – le plus ancien, puisque créé en 1999 – constitue pour sa part une plateforme d’édition électronique, mise à la disposition des éditeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales.
            
Ce portail est développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo-UMS 3287, CNRS).
            
Revues.org propose essentiellement des revues (172) et des cahiers (55).
            
Une petite moitié est en open access, et une autre avec barrière mobile (les numéros récents ne sont pas disponibles). 5 sont en barrière mobile avec abonnement et 24 en barrière mobile avec la partie récente accessible de façon payante sur Cairn.Info
            
La quasi-totalité des documents est en français.
            
On notera que le concept de Revues.org n’est pas très éloigné de celui de Highwire Press, créé en 1995 à l’université de Stanford (voir Bases n°211), dont l’axe principal est plutôt la médecine.
             
Mentionnons aussi le produit des revues de Lavoisier, (Revuesonline.com), qui n’est pas spécifiquement orienté vers les sciences humaines et sociales et dont les possibilités de recherche sont plutôt rustiques (un mot ou une expression). Il s’agit d’un site payant.
            
INFORMATIONS
           
www.cairn.info

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire