Les banques de données sur les mathématiques sont bien vivantes

Zentralblatt MATH (ZBMATH) vient d’annoncer le chargement de sa trois millionième référence bibliographique.
             
Cette banque de données est consacrée à l’état de l’art et au développement des sciences mathématiques depuis plus de quinze ans. L’antériorité remonte même à 1826, depuis l’intégration de la Jahrbuch Database (JFM).

Plus de 3 500 publications sont dépouillées, ainsi que des livres, des monographies et des documents audiovisuels ou informatiques. On trouve également des références de thèses, pour peu qu’elles aient été transmises au producteur de la banque de données.

Les documents contenus dans la base sont en anglais. Il s’agit d’abstracts ou, pour plus de 50 %, de “reviews” écrites par plus de 6 000 experts.

En 2007, un accord avec la National Science Library of the Chinese Academy of Science a permis d’intégrer plus de 70 000 documents d’origine chinoise (chiffre actuel), avec un accroissement annuel de 8 000 documents.

ZBMATH couvre tous les aspects des mathématiques pures et appliquées ainsi que l’histoire des mathématiques.

Dans la plupart des cas un lien mène vers le document primaire (par exemple via Science Direct ou Tiborder).

ZBMATH est une collaboration entre une équipe éditoriale basée à Berlin, FIZ Karlsruhe et l’éditeur Springer.
             
Le professeur  Bernard Wegner, “rédacteur en chef” de la base, fait remarquer de façon intéressante qu’il existe peu de disciplines pour lesquelles l’essentiel du savoir peut être présentée dans une forme aussi compacte.
            
Il existe néanmoins une autre banque de données baptisée MathSciNet mise à disposition par l’American Mathematical Society qui, hasard de l’histoire, a été conçue dans la lignée de la Mathematical Review créée en 1940 par le professeur Neubauer, le créateur de ZBMATH en 1931, qui fut obligé de quitter l’Allemagne à la fin des années 30.
            
Une comparaison faite en 2003 à la demande du ministère français de la Recherche montre que, si les couvertures de ces deux bases ne sont pas absolument identiques, elles sont plutôt complémentaires et de qualité sensiblement égale. Il n’est donc pas inutile de pouvoir accéder aux deux… si le budget le permet.
             
Ces deux banques de données ont, chacune, un site miroir en France, tous deux situés au laboratoire Irma (Institut de recherche mathématique avancée), qui est une unité mixte de l’université de Strasbourg et du CNRS.
             
On notera que la banque de données américaine a été un temps disponible sur Dialog (fichier n° 239), d’abord sous le nom de Mathfile, puis sous celui de Mathsci.
             
ZBMATH a été accessible sur STN jusqu’à peu avant la fin 2005 sous le nom de Mathematics Abstracts (MATH), à côté de la base Mathematical Didactics (MATHDI) consacrée, elle, à l’éducation mathématique, surtout à partir de la littérature allemande. Elles ont été déchargées à peu près au même moment.
             
Mais d’une certaine façon, on peut dire que FIZ Technik, la composante allemande de STN, a toujours des liens avec cette base.
             
On peut faire l’hypothèse que ces bases étaient relativement peu interrogées sur les serveurs et que la spécificité de la matière, de même que la concentration des chercheurs, sans doute peu intéressés par les autres bases offertes par les serveurs, ont conduit à la création de sites spécialisés.
           
INFORMATIONS

www.zentralblatt-math.org/zmath/en
www.ams.org/mathscinet

François Libmann
Publié dans le n°276 de Bases (Novembre 2010)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire