Réorganisation stratégique chez LexiNexis

LexisNexis se met en ordre de bataille pour mieux affronter la concurrence.

Cela se traduit, pour une part, par une réorganisation de la partie non juridique.
Depuis le début de l'année, une nouvelle structure baptisée LexisNexis Business Information Solutions regroupe les activités de Business Information en Europe, Moyen- Orient et Amérique latine.

Ce regroupement a pour avantage évident de permettre une diffusion plus rapide et plus large des innovations, alors qu'auparavant, les équipes de chaque pays étaient assez autonomes et avaient la possibilité de créer des interfaces «nationales» en fonction des demandes qui leur étaient faites.

C'est aussi un moyen pour les Européens d'augmenter leur poids vis a vis des Américains, cet ensemble de pays pesant évidemment plus qu'un seul.

Cette nouvelle structure sert près de 3 000 clients dans plus de 60 pays, avec plus de 200 employés.

Les différentes interfaces proposées – et elles sont relativement nombreuses, sans même parler du secteur juridique – sont donc communes aux pays de cette zone depuis le début de l'année.

Rappelons à cette occasion que LexisNexis est une filiale de l'éditeur Reed Elsevier, qui l'a racheté à Mead Data Central en 1994, et que ce serveur a aussi une large offre juridique française et anglo-saxonne, dont nous reparlerons dans un prochain numéro.

Depuis toujours, LexisNexis propose une offre assez complexe au travers d'une multitude de produits et d'interfaces.

Il nous a donc paru intéressant, à l'occasion de cette réorganisation, de faire le tour de ces interfaces.

On peut classer celles-ci dans trois catégories, qui constituent aujourd'hui l’offre commerciale de LexisNexis :

- métiers de la veille technologique et concurrentielle ;

- risque de conformité, gestion de risque ;

- médias et réseaux sociaux – e-réputation.

Le produit sans doute le plus connu et le plus diffusé est LEXISNEXIS BUSINESS.

Il reprend toute l'offre presse – qui est la lointaine suite de Nexis, créé en 1979 – avec aujourd'hui 12 000 titres, ainsi qu'une offre significative de biographies, d'informations sur les entreprises et les pays.

On trouvera dans la newletter électronique mensuelle  «Brèves de Contenus», éditée par FLA Consultants, la liste des titres récemment chargés.

Différents types de recherche sont proposés, utilisant les fonctions classiques de ce serveur.

Cette interface est conçue pour être utilisée tant par les professionnels de l'information que par les utilisateurs finaux.

En fait, on n’y trouve pas que des titres de presse, mais également des sources du Web. 

Curieusement, elles n'apparaissent pas au niveau de la recherche (on ne sélectionne que des titres de presse ou des informations d'autres natures), mais au niveau des résultats.

On peut en effet cliquer sur un onglet «Web» situé en haut et à droite de la page de résultats, et obtenir des résultats du Web.

Pour revenir aux titres de presse, nous regrettons qu’il soit impossible, contrairement à ce que propose la concurrence, de sélectionner les sources par pays (la seule possibilité est la sélection par langue).

NEXIS DIRECT est une nouvelle interface développée initialement au Royaume-Uni et destinée explicitement aux utilisateurs finaux, qui n’est pas sans rappeler Google. Elle est proposée en France depuis janvier 2012, mais n’est pas disponible dans tous les pays.

LEXIS DILIGENCE est le produit phare du marché du risque et de la conformité. Il contribue à une gestion de la conformité et de la sécurité financière, en permettant de lutter contre le financement du terrorisme, la corruption et le blanchiment d'argent.

Son contenu est constitué de la partie significative dans ce contexte de LexisNexis Business (focalisation de la recherche sur les personnes, les entreprises et leurs produits), à laquelle a été ajoutée une liste de plus d’un million de «personnalités politiquement exposées», issues des banques de données de INFO4C et World Compliance :

- Info4C est une  société suisse basée à Zürich, qui est spécialisée dans la fourniture d'informations sur mesure pour la conformité et le management du risque.

Ces informations sont réunies auprès d'un grand nombre de sources et partenaires dont elle dispose dans le monde entier.

Les personnes politiquement exposées sont identifiées dans plus de 240 pays et territoires ;

- World Compliance propose pour sa part 1,6 million de profils d'individus ou de sociétés, qui présentent un risque potentiel pour le système financier en général. Ces services permettent de se mettre en conformité avec plus de 100 législations locales anti-terrorisme ou anti-blanchiment.

Lexis Diligence propose aussi un accès à des listes de sanctions internationales, provenant du FBI et d’Interpol.

On y trouve également de la jurisprudence d'origine anglo-saxonne. La jurisprudence française pourrait être chargée ultérieurement.

Le rassemblement en un seul endroit de toutes ces informations est l’une des valeurs ajoutées importantes du produit, la possibilité de recherches complexes n'étant pas une priorité dans ce cas, car la stratégie se limite le plus souvent à un nom de personne.

On trouve enfin dans Lexis Diligence une fonctionnalité permettant de distinguer la tonalité liée aux «entités nommées», détectée dans les articles, en particulier les noms de personnes et de sociétés. Cette tonalité est évaluée à partir d'un thésaurus de termes en cinq langues.

L’interface Lexis Diligence prend la suite de l'interface «Know Your Customer», qui est amenée à disparaître.

Une autre famille d'interfaces est dérivée de Lexis Analytics – qui correspond en fait au produit Datops, racheté par LexisNexis fin 2006 –.

Cette famille repose sur les trois piliers que sont les sources de LexisNexis et du Web, sur le datamining et sur l'analyse des sentiments.

Il s'agit d'abord de LexisNexis Monitor, qui est une plateforme collaborative pour la veille et la gestion des connaissances, et qui surveille différentes sources d'information (presse, sites web, blogs, forums …), classe les informations recueillies suivant différents critères, permet un enrichissement de ces informations (commentaires) et leur diffusion sous différentes formes à des communautés identifiées.

LEXISNEXIS DASHBOARD est la version graphique de LexisNexis Monitor.

C'est un tableau de bord en ligne «révélateur de tendances» pour piloter la réputation qui est, comme on le sait, l’un des actifs de l'entreprise.

Cet outil d'analyse graphique a pour but de permettre de détecter et de comprendre les faits marquants de l'actualité d'une entreprise, d'un marché ou d'une thématique ciblée.

Il mesure aussi la tonalité de l'information et analyse les discours.

Ce produit a été développé en France et l'enjeu est maintenant pour LexisNexis de conduire les équipes des autres pays à se l'approprier.

L'interface Risk Impact Tracker, sous-ensemble de LexisNexis Monitor, est un complément au suivi du seul risque financier.

Cette interface est présentée comme une solution d'aide à la décision, permettant de détecter le risque le plus en amont possible.

Il est ainsi possible de détecter automatiquement plus de 70 types de risques dans l'actualité internationale, susceptibles d’impacter les résultats ou la réputation d'une entreprise : fraudes, travail des enfants, grèves, problèmes environne-mentaux, accidents industriels, non respect des droits de l'homme…

Rappelons enfin l'offre LexisNexis TotalPatent, qui est au service de la recherche et de l'analyse des brevets issus de 100 offices dans le monde. Nous en avons parlé dans le précédent numéro de Bases (février 2012).

Outre ces interfaces, LexisNexis offre aussi un service de mise en œuvre et d'accompagnement de projets. Il enrichit, dans ce cas, le contenu et le service avec des experts du secteur du client.

Par ailleurs, LexisNexis propose avec Web Services Kit d'alimenter directement les intranets des entreprises et avec LexisNexis Publisher de diffuser des panoramas de presse ou équivalents (newsletters ciblées par exemple) en toute sécurité juridique.

Cette réorganisation et la présentation des différentes interfaces – combien parmi nos lecteurs les connaissent-ils toutes ? – est, clairement, un moyen de positionner LexisNexis du mieux possible par rapport à la concurrence ; Factiva en particulier offre des produits de même nature que LexisNexis Business et LexisNexis Diligence.

QUELQUES CHIFFRES

En 2011, LexisNexis proposait 9 milliards de documents en ligne, contenus juridiques compris, dont 1,5 milliard de documents brevet.

L'ensemble articles de presse, biographies et informations sur les entreprises représente 5 milliards de documents.

12 000 sources de presse sont en ligne, auxquelles il faut rajouter un grand nombre de sources web, dont le contenu n'est pas chargé sur le serveur, mais accessible depuis celui-ci.

Le droit,  majoritaire dans les années 90, progresse moins vite que la presse ;  son pourcentage représente moins de 40%.

Le serveur, basé à Dayton (Ohio) charge 15 millions de nouveaux documents par semaine.



François Libmann
Publié dans le n° 291 de Bases (Mars 2012)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire