Twitonomy.com : une application pour la veille et l'analyse de l'influence sur Twitter

Cofondateur d’AdThruster – une solution de gestion des campagnes de publicité digitale – et de Spheeris – agence de relation publique –, Matthieu Fyot cherchait régulièrement, dans le cadre de son activité professionnelle, des indicateurs permettant de mesurer l’influence sur Twitter, ou d’estimer les retombées d’une action marketing.
Comme l’outil de ses rêves n’existait pas ... il l’a développé, et a lancé en mai 2012 Twitonomy.com.

Accessible à tous gratuitement, la version bêta de cette application offre de multiples fonctionnalités de veille, de gestion et d’analyse, et permet de comparer de façon simple et performante l’influence de plusieurs comptes twitter.

Comme souvent, le préalable indispensable à son usage est d’autoriser l’application – depuis le site Twitonomy.com – à utiliser les données de son compte twitter.

On accède alors à une interface offrant de nombreuses analyses et informations, via plusieurs onglets accessibles depuis un bandeau noir, en haut de l’écran.

Baptisé Dashboard, le premier onglet est un outil de veille qui permet de suivre, outre sa propre timeline, le compte d’un ou de plusieurs twitteurs*, mais aussi les tweets contenant un mot-clé donné, ou encore émis par les membres d’une liste donnée.

Comme dans un dashboard Netvibes, le suivi se fait via des «widgets» contenant ici les tweets recherchés. L’interface ne propose au départ qu’un widget unique avec le fil sa propre timeline, mais on peut personnaliser sa page en utilisant les trois boutons «Add a user», «Add a list» et «Add a keyword search».

Les différents modules peuvent ensuite être déplacés selon son choix par de simples glisser-déposer.

Le second onglet, Profile, permet d’obtenir différentes analyses et statistiques concernant le compte d’un twitteur.

Après avoir indiqué le nom du twitteur de son choix, on obtient en effet une page composée de multiples modules, offrant notamment :

• une analyse des tweets émis, avec le nombre total de tweets postés et la date du premier tweet, le nombre moyen de tweets quotidiens, le nombre total de mentions, de liens, de réponses, de hashtags et de retweets, avec à la fois le nombre de RT faits par l’utilisateur, mais aussi (et surtout), le nombre de tweets retweetés par les autres twitteurs.

Sous ces quelques données statistiques, on trouve, sous la forme d’un histogramme, l’historique chronologique des tweets émis. On peut télécharger cet histogramme sous forme d’image ou de fichier.

Le contenu des tweets est ensuite analysé avec, sous forme de listes et de graphiques (camemberts), le «top dix» des utilisateurs les plus retweetés, ayant eu le plus de réponses (lorsque le tweet débute par @nom_du_twitteur), les plus mentionnés (via @nom_du_twitteur par exemple) et enfin les hashtags les plus utilisés.

C’est ensuite le mode de publication des tweets qui est étudié, avec leur répartition par date de publication – par jour et par heure – et par plateforme utilisée («tweet button» sur les sites, Twitter.com, Twittimer, Linkedin...).

La partie droite de l’écran est quant à elle composée de cinq widgets proposant :

• les tweets émis par l’utilisateur ; alors que Twitter a annoncé il y a quelques mois qu’il offrirait prochainement un service d’exportation de l’historique des tweets d’un compte, Twitonomy le fait déjà et permet d’exporter dans un fichier Excel les tweets publiés par un utilisateur donné. Comme tous les services réalisés grâce à l’API twitter, l’exportation est limitée au 3200 derniers tweets, ce qui est déjà considérable ! C’est à notre connaissance le premier outil à offrir ce service gratuitement ;

• la liste des «Followers» (des abonnés) et des «Following» (abonnements), avec pour chacun leur avatar, leur nom, leur bio, le nombre de tweets émis, d’abonnés, d’abonnements, de listes, la date de leur premier tweet et leur localisation géographique ;

• les listes suivant et suivies par le twitteur, avec pour chacune leur nom, leur propriétaire, et le nombre de membres et d’abonnés.

Le troisième onglet «Mentions & RTs» concerne plus spécifiquement l’influence du twitteur, et analyse les tweets et RT qui le mentionnent. Mais contrairement au module «Profile», il est impossible ici d’analyser les mentions d’un autre compte que le sien.

La page propose en fait un histogramme des mentions quotidiennes, avec une grande antériorité, la liste des 15 twitteurs ayant fait le plus de mentions, celle des cent derniers tweets ayant été retwittés (avec le nombre de RT et le nom des twitteurs ayant transmis l’information) et enfin la liste des mentions.

Il est d’autre part possible de localiser sur une carte l’origine géographique des mentions...

Deux onglets permettent enfin d’accéder à la liste détaillée des «Followers» (abonnés) et des «Following» (abonnements), avec pour chacun l’avatar et la bio, l’antériorité du compte, le nombre de tweets, d’abonnements, d’abonnés et de listes, et la date du dernier tweet.

On le voit, Twitonomy est indiscutable-ment un outil puissant et performant, qui ravira aussi bien les professionnels souhaitant analyser l’influence d’un twitteur que ceux qui veulent faire du reporting sur leurs actions.

On signalera ainsi que l’outil a été utilisé notamment par Burson-Marsteller, agence de relations publiques, pour réaliser la première étude mondiale sur l’activité des chefs d'Etat sur Twitter (//twiplomacy.com).

Le changement de politique de Twitter, et notamment son durcissement récent vis-à-vis des conditions d’exploitation de son API, n’inquiète pas Matthieu Fyot. Selon lui en effet, les applications d’analytics ne sont pas remises en cause, car elles ne concurrencent pas les services de Twitter.

Mais il attend néanmoins d’en savoir plus avant de poursuivre le développement des fonctionnalités de Twitonomy.?Car de nombreux enrichissements sont encore au programme ; une version freemium devrait quant à elle voir le jour dans les mois qui viennent...

http://www.Twitonomy.com



Béatrice Foenix-Riou
Publié dans le n° 99 de Netsources (Juillet-Août 2012)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire