MOOCs : l'enseignement supérieur à portée de tous

Selon le très sérieux New-York Times, 2012 serait l’année du MOOC («The Year of the MOOC», http://nyti.ms/Y9OG52). Mais que se cache-t-il donc derrière ce sigle pour le moins énigmatique ?

MOOC signifie «Massive Open Online Courses» et fait référence à des cours universitaires accessibles en ligne gratuitement et ouverts à une très large audience. Même si le concept n’est pas totalement nouveau, c’est en 2012 que l’on a vu émerger plusieurs plateformes d’enseignement en ligne, majoritaire-ment américaines, qui remportent un très vif succès. Nous avons choisi ici de présenter les trois plus connues – Udacity, Coursera et EDx –, ainsi que les quelques initiatives françaises en la matière.

Toutes ces plateformes fonctionnent sur le même principe. Elles sont ouvertes à toute personne disposant d’un accès internet et sont entièrement gratuites. Les internautes s’inscrivent sur le site, puis à un ou plusieurs cours. Comme c’est le cas à l’université, les cours sont dispensés par semestre et débutent à une date précise ; on peut néanmoins rejoindre le cours à n’importe quel moment au cours du semestre.

Chaque semaine (durant les durées du cours), des vidéos correspondant en quelque sorte aux cours magistraux sont ajoutées et les élèves sont invités à répondre à des quizz et à rendre plusieurs devoirs (essais, dissertations, problèmes mathématiques…). Dans certains cas, les étudiants disposent d’un espace de discussion pour poser des questions aux professeurs, mais également pour prolonger le cours en débattant avec d’autres internautes.

On notera qu’à l’issue de certains cours, et à condition que l’élève ait bien rendu chaque devoir et obtenu des notes suffisantes, l’université à l’origine de ce cours peut délivrer un certificat.

UDACITY : LE PIONNIER
www.udacity.com

Udacity est l’un des pionniers en matière de cours en ligne et a vu le jour au début de l’année 2012 grâce à Sebastian Thrun (professeur à Stanford), David Stavens, et Mike Sokolsky. A ses débuts, le site ne proposait que 2 cours en ligne, mais ils sont aujourd’hui au nombre de 14 (4 autres cours sont d’ailleurs annoncés pour le début de l’année 2013).

La quasi-totalité des cours proposés sont très orientés vers les sciences dures et sont répartis par niveau (débutant, intermédiaire, avancé). On pourra citer par exemple : Algorithms, Programming Languages, Software Testing ou encore Applied Cryptography.

COURSERA : LE MIEUX ACHALANDE
www.coursera.org

Lancé officiellement en avril 2012 par deux professeurs d’informatique de la prestigieuse université de Stanford, Andrew Ng and Daphne Koller, Coursera propose plus de 200 cours en ligne accessibles gratuitement.

Pour ce faire, la plateforme a établi de nombreux partenariats avec des universités de plusieurs pays. Majoritairement nord-américaines, ces universités sont aujourd’hui au nombre de 33 et comprennent Princeton, University of London, GeorgiaTech, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (à ce jour la seule école francophone à participer au projet) ou encore The Hong Kong University of Science and Technology…

Les cours proposés couvrent de nombreux domaines, allant de la biologie aux sciences humaines, en passant par le droit, l’économie, la médecine, l’informatique ou encore les mathématiques.
En termes de fréquentation, près de deux millions d’internautes se sont inscrits à au moins un cours depuis le lancement du site, il y a six mois.

EdX : LE DERNIER NE

www.edx.org

Lancée en mai dernier, la plateforme EdX est issue d’une initiative menée conjointement par le MIT et Harvard. Le projet a coûté la modique somme de 60 millions de dollars.

Pour le moment, la plateforme propose des cours du MIT, d’Harvard et de l’université de Berkeley.

A l’été 2013, des cours de l’université du Texas à Austin viendront s’ajouter.

Au début de l’automne, EdX comptait 370 000 étudiants inscrits à ses premiers cours, qui sont au nombre de neuf, parmi lesquels «Introduction to Solid State Chemistry», «Introduction to Computer Science» ou encore «Foundations of Computer Graphics ».

QUELQUES INITIATIVES EN FRANCE

On dénombre quelques initiatives en France, mais elles présentent généra-lement des différences majeures avec les plateformes présentées précédemment (soit en termes d’interactivité et de collaboration, soit en termes de public visé).

UNIVERSITE NUMERIQUES THEMATIQUES
 
 www.universites-numeriques.fr

L’initiative la plus ancienne porte le nom d’ «Universités numériques thématiques» ou UNT. Elles ont été créées en 2003 avec pour objectif de mettre à disposition des étudiants et enseignants des ressources pédagogiques de qualité. Elles sont au nombre de sept : Economie et gestion, Santé et sport, Sciences fondamentales, Sciences de l’ingénieur et technologie, Sciences juridiques et politiques, Sciences humaines et sociales, langues et arts et enfin Environnement et développement durable.

Mais c’est en 2008 que le site web www.universites-numeriques.fr, hébergeant ces ressources, a vu le jour. Plus de 300 partenaires sont chargés d’apporter du contenu (universités, instituts, grandes écoles, organismes de recherche, campus numériques, EPA, établissements étrangers, etc).

Si les universités françaises sont très bien représentées (plus de 75), on compte également parmi les partenaires des organismes comme le CNES, le CNRS, l’Inra, l’Ademe, le BRGM..., plusieurs ENS et Ecoles des mines, AgroParisTech, l’Ineris, l’EHESP et bien d’autres.

A ce jour, on trouve près de 23 000 ressources (vidéos, cours, exercices, QCM) librement accessibles sur le site. On y accède en utilisant le moteur de recherche simple, ou en naviguant par domaine et discipline parmi le contenu disponible. Mais bien souvent, il ne s’agit pas véritablement de cours en ligne avec des dates précises, des devoirs à rendre et une interactivité avec le professeur et les autres étudiants, mais plutôt d’une simple base de dépôts de ressources pédagogiques.

UNISHARED

www.unishared.com

On pourra également citer Unishared, un site lancé par quatre étudiants de l’ESCP en janvier 2012. Ici, ce sont majoritairement les étudiants qui partagent le contenu des cours qu’ils suivent (leurs notes par exemple), même si quelques institutions sont présentes.

ITYPA
www.itypa.mooc.fr

La seule initiative française se rapprochant véritablement des MOOCs tels qu’ils existent aux Etats-Unis s’intitule «Mooc Itypa» – pour Internet, tout y est pour apprendre –.

Il s’agit d’un cours – ouvert à tous – sur la façon dont on peut apprendre avec Internet, qui se déroule du 4 octobre au 13 décembre 2012. Chaque semaine, une nouvelle thématique est abordée et des ressources sont proposées aux participants, pour alimenter les échanges. Ceux-ci peuvent apporter leur contribution aux cours via Twitter ou un tchat. S’il est nécessaire de s’inscrire pour échanger en direct avec les animateurs, il est possible de visualiser les cours – réalisés grâce aux vidéo-bulles de Google+ – librement et ultérieurement via la chaîne dédiée sur YouTube (http://goo.gl/UrE6k).

Même si les Etats-Unis ont, comme bien souvent, une longueur d’avance sur le sujet, on devrait probablement voir se développer prochainement d’autres initiatives françaises ou européennes dans le domaine. A surveiller, donc !



Carole Tisserand-Barthole
Publié dans le n° 100 de Netsources (Septembre-Octobre 2012)

1 commentaire:


  1. nice blog,moocs online courseand i refer for best online hadoop training hadoop-online-training.
    All the basic and get the full knowledge of hadoop.

    RépondreSupprimer