Trucs et astuces pour optimiser sa recherche dans Linkedin

Les réseaux sociaux professionnels font aujourd’hui pleinement partie de notre quotidien au bureau. Mais peu d’entre eux proposent un manuel utilisateur et, après avoir créé leur profil, de nombreux internautes s’interrogent sur la façon d’identifier des experts dans un réseau social.

Nous nous intéresserons dans cet article à Linkedin – qui a annoncé en janvier 2013 qu’il comptait désormais 200 millions de membres –, et nous présenterons des méthodes pour y optimiser sa recherche.

LINKEDIN EST D’ABORD ET AVANT TOUT UN RESEAU SOCIAL.

Pourquoi une telle affirmation ? Parce que Linkedin et tous les réseaux sociaux en général ne sont pas des bases de données ordinaires.

Lorsque l’on fait une recherche, le résultat dépend du contenu de la base bien entendu, mais surtout du réseau de la personne qui effectue la recherche.

Cela signifie que si l’on a beaucoup de contacts et que ceux-ci ont également un réseau étendu, on obtiendra dans les résultats des profils plus complets. 

A l’inverse, une personne peu connectée obtiendra pour une même recherche un nombre de résultats similaire, mais avec des noms incomplets voire anonymisés, et seule une partie des profils seront visibles.

D’une façon générale, lors d’une recherche par mots-clés, le nombre et le classement des résultats varient donc selon le réseau de l’utilisateur, et selon le type d’abonnement qu’il a choisi.

ACCES GRATUIT OU PAYANT ?

Avant de parler des outils, arrêtons-nous quelques instants sur les accès proposés : gratuit ou payant(s). Le choix a des conséquences sur les résultats obtenus, mais aussi sur les fonctionnalités de recherche offertes.

Avec un accès gratuit, on peut créer un profil, s’inscrire à des groupes, lancer et participer à des discussions…

On peut aussi trouver des personnes quand on connaît leur nom et prénom, et entrer en contact avec elles en leur envoyant une demande de connexion. Cependant, certaines personnes choisissent dans leurs préférences de ne pas recevoir de demande de contact direct ; dans ce cas, un autre membre de votre réseau doit transmettre l’introduction au destinataire.

Les abonnements en revanche permettent d’envoyer des messages – et non de simples demandes de mise en relation –, d’avoir accès à des champs additionnels de recherche, d’obtenir plus de résultats, d’afficher le nom complet des membres de 3ème niveau et, pour ceux qui cherchent à recruter, d’avoir accès aux profils complets et de disposer de mises en relation facilitées et d’un outil de gestion des candidatures dans des dossiers dédiés.

COMMENT UTILISER LA RECHERCHE AVANCEE ?

Avant un contact ou un rendez-vous, il est de plus en plus courant de rechercher des informations sur la personne que l’on doit rencontrer. On saisit donc son nom et son prénom dans la barre de recherche de la page d’accueil de Linkedin.

En cas d’homonymie, les résultats peuvent être affinés en utilisant les clusters sur la gauche de la page de résultats : nom de l’entreprise dans laquelle la personne travaille actuelle-ment, lieu de travail, niveau de relation avec soi, secteur d’activité, entreprise précédente, formation, langue du profil et, pour ceux qui ont un accès payant, groupes, années d’expérience, poste, niveau d’expérience, etc. Ces clusters affichent par défaut les 10 occurrences les plus présentes dans la liste des résultats, et proposent également un champ de recherche libre pour affiner manuellement la requête.

Lorsque l’on ne connaît pas l’identité de la personne, les fonctionnalités de recherche avancée permettent d’utiliser d’autres critères.

Pour y accéder, il faut cliquer sur le lien «Avancée», situé à droite de la zone de saisie. On dispose alors de champs permettant de préciser notamment des mots-clés, la fonction, le lieu de travail (pays ou code postal) et/ou l’école.

Tous ces champs fonctionnent avec l’opérateur « contient » et sont actifs sur tout le profil.

Il n’y a pas de menu suggérant une liste d’entreprises ou de titres de fonctions ; en revanche, on peut choisir de chercher dans le poste actuel uniquement, les postes précédents ou les deux en même temps.

Comme indiqué plus haut, le nombre de résultats et les détails des identités seront dépendants du type d’accès que l’on a choisi.

Attachons-nous maintenant à certains des champs proposés par la grille...

L’option «Secteurs»
est intéressante pour cibler les personnes travaillant dans un ou plusieurs secteurs spécifiques.

Les résultats sont en général tout à fait probants… dans la mesure où le membre Linkedin a fait le bon choix en créant ou en mettant à jour son profil ! Tous les secteurs ne sont pas représentés et toute la difficulté réside dans l’interprétation des intitulés utilisés ; il faut parfois faire plusieurs essais.

Le champ «Ecole» permet de chercher sur le nom d’une école ou d’une université, ou bien sur le type de diplôme. Le bruit dans les résultats peut être important si l’on n’est pas assez précis ou si l’institution n’est pas référencée de la manière dont on l’a écrit.

Ainsi, une requête avec «Paris II» obtient plus de 29 000 personnes qui ont eu un diplôme de Paris II, mais aussi de Paris VII ou Master II, etc.

C’est pourquoi il est préférable de partir du profil de l’une des personnes ayant fait ses études à Paris II, puis de cliquer sur le nom de son école. On arrivera alors sur une sorte d’annuaire créé par Linkedin, avec toutes les personnes qui ont choisi cette école dans la section formation de leur profil. On pourra ensuite affiner par entreprise, année de promotion, lieu ou métier.

Les utilisateurs ayant choisi un abonnement payant disposent quant à eux de champs supplémentaires pour affiner la stratégie, tels que le niveau d’expérience (manager, jeune diplômé,..), la taille de l’entreprise (en nombre de salariés), les centres d’intérêt (quel type de collaborateur : consultant, expert, collaborateur potentiel…) et enfin le score de l’entreprise dans le classement des 1 000 plus grandes entreprises américaines, établi chaque année par le magazine Fortune.

Le niveau ultime des abonnements Premium permet en plus de chercher sur le nombre d’années d’expérience, les métiers et les nouveaux arrivés sur Linkedin.

ET LES MOTS CLES DANS TOUT CA ?

Le champ «Mots-clés» s’avère très utile lorsque l’on recherche des personnes ayant une expertise particulière, comme par exemple «marchés émergents», «canne à sucre», «lean manufacturing »…

La recherche s’effectuant alors dans l’ensemble du profil, il est important de ne pas utiliser de mots à sens multiple et, dans la mesure du possible, de les contextualiser.

Cela étant, les résultats peuvent parfois être surprenants et surtout provoquer beaucoup de «bruit».

Un autre élément à prendre en compte est la langue des profils. Chaque membre rédige en effet son profil dans la langue de son choix et peut en créer autant qu’il le souhaite, dans des langues différentes.

Le moteur effectuant sa recherche par défaut dans tous les profils, on recommandera d’utiliser des mots-clés dans les différentes langues souhaitées.

On signalera que le moteur de Linkedin est théoriquement insensible aux accents, mais que les résultats peuvent cependant varier selon que les mots sont accentués ou non.

La forme des mots (pluriel/singulier) a en revanche une grande importance et Linkedin semble faire une recherche sur l’occurence exacte des termes. Il faudra donc penser à utiliser les formes voisines, reliées par l’opérateur OR (pluriel OR singulier). A notre connaissance en effet, la troncature n’existe pas dans Linkedin (ni l’* ni le ?).

L’UTILISATION DES OPERATEURS DE RECHERCHE

Bien que Linkedin n’en fasse pas mention, nos tests semblent montrer que l’usage des opérateurs booléens est compris par le moteur, en recherche simple comme en recherche avancée.

Si une requête avec deux mots relie implicitement les deux termes avec un AND, les tests effectués semblent indiquer que l’on peut aussi employer l’opérateur OR, et même le symbole – accolé à un mot, pour l’exclure des profils sélectionnés.

Les guillemets permettent théoriquement de restreindre la recherche à une expression, mais les résultats sont quelquefois étonnants.

Ainsi, une requête avec «chargé de veille» écrit dans le champ Mots-clés avec et sans guillemets obtient respectivement 418 et 19 021 (!) réponses, comportant manifestement beaucoup de bruit dans le deuxième cas. La même requête lancée dans le champ Fonction sélectionne cette fois respectivement 557 et 334 noms. Pour autant, si les premières réponses sont pertinentes lorsque l’expression est entre guillemets, certains profils identifiés semblent hors sujet, puisque l’on a un «Chargé de production chez Rédaction de France3 ».

D’autre part, il est peut être utile de tirer parti des différents champs proposés par la grille de recherche avancée. Ainsi, une requête effectuée avec «veilleur stratégique OR concurrentiel» dans le champ Fonction obtenait lors de nos tests 147 résultats … dont 3 veilleurs de nuit dans la première page ! Les mêmes mots répartis comme suit : «veilleur» dans le champ Fonction et «stratégique OR concurrentiel » dans le champ Mots-clés identifiait 13 profils, tous dans la cible, même si les mots étaient quelquefois présents dans la description ou le résumé du profil et non dans le titre du poste.

Enfin, on pourra penser à comparer les résultats que l’on obtient via le moteur Linkedin à ceux obtenus via une recherche sur Google, en rajoutant aux mots de la requête l’opérateur site:linkedin.com.

Les résultats fournis par Google ne seront certes pas tous pertinents, loin s’en faut – la recherche s’effectue sur l’ensemble du profil, et ne peut donc être limitée au champ «Fonction» par exemple –, mais ils pourront être plus complets, notamment lorsque l’on a peu de relations et que l’on ne dispose pas d’un abonnement payant.

LA LECTURE DES RESULTATS

Par défaut les résultats de recherche sont classés par pertinence. En général, cette clé de tri permet de trouver les bons profils dans les 20 à 30 premiers listés.

On peut également choisir de les ordonner par niveau de contact (1er niveau, 2ème, appartenance à un même groupe, 3ème et autre, hors du réseau), ou encore par «niveau de contact + recommandation» : ceux qui ont été recommandés par d’autres membres seront en tête de liste.

Vient ensuite le classement par «Relations», qui correspond aux relations que l’on a en commun avec les personnes listées et enfin par «Mots-clés», qui tient compte des termes utilisés dans la recherche.

L’affichage des profils peut être «simple» ou «développé», ce qui permet de voir quelques informations sur les expériences précédentes sans ouvrir le profil complet.

PEUT-ON TROUVER DES INFORMATIONS SUR LES ENTREPRISES ?

Les profils des personnes étant liés à des entreprises, celles-ci sont également présentes sur le réseau.

Au départ, les fiches étaient créées par agrégation des informations entrées par les membres. Puis, les pages Entreprises ont été proposées – leur design vient d’ailleurs d’évoluer – pour permettre aux sociétés d’offrir différents types d’information sur leurs produits... et d’interagir avec les membres du réseau.

La page d’accueil présente ainsi l’entreprise ou le groupe, son secteur d’activité, sa taille selon les critères de Linkedin (fourchette du nombre de salariés) et inclut un lien vers le site web. Les «nouvelles récentes» affichent des actualités plus ou moins nombreuses et les «fans» peuvent signaler qu’ils apprécient et poster des commentaires.

Un onglet «Carrières» rassemble les profils des employés de la société membres du réseau, ainsi que les offres d’emploi postées par l’entreprise sur le réseau. L’onglet «Produits» présente quant à lui les marques et les produits de l’entreprise, qui peuvent être recommandés par des membres de Linkedin. L’onglet «Informations » enfin liste les nouveaux arrivés sur Linkedin travaillant dans cette entreprise, les employés avec une nouvelle fonction, ainsi que les anciens employés et quelques logos d’entreprises concurrentes.

Lorsqu’on lance une recherche sur les noms d’entreprises, depuis la zone de saisie, le lien vers la grille de recherche avancée n’est pas proposé.

Mais dès la saisie des premières lettres du nom, une fenêtre s’ouvre et suggère des noms approchants, parmi les entreprises et les groupes. On peut en sélectionner un ou cliquer sur la loupe.

La page de résultats propose – comme pour la recherche de personnes – des clusters sur le côté gauche, qui permettent d’affiner la sélection. Il est possible de restreindre la requête aux «sièges sociaux» uniquement, au(x) pays dans lesquels l’entreprise est présente, à des secteurs spécifiques dans lesquels elle opère et/ou à celles qui publient des offres d’emploi sur Linkedin.

D’autres critères sont également offerts, comme la taille de l’entreprise, ou encore le niveau de relation (entreprises comptant parmi leurs employés des relations de 1er niveau, de 2e niveau, etc.).

Pour conclure, Linkedin est une base de données pas tout à fait comme les autres, riche de contenu et qui fonctionne avec ses propres outils, qu’il faut apprendre à utiliser.

Gardons en mémoire que ses produits et services évoluent régulièrement et qu’il faut se réadapter en permanence. Dans le menu «Plus», le lien vers l’Assistance clientèle permet de trouver la réponse à une question précise car il n’y a pas de sommaire.

L’AUTEUR :

Magali Guibert est Knowledge manager chez Eric Salmon & Partners, et animatrice du secteur KM de l’ADBS



Magali Guibert
Publié dans le n° 101 de Netsources (Novembre-Décembre 2012)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire