Fabrica et Outils de la Veille : des sources complémentaires sur les outils du Web

Les sources d’information consacrées aux outils du Web n’ont de cesse de se renouveler. Dans ce paysage, deux acteurs retiennent l’attention : Fabrica et Les Outils de la Veille. Décryptage.

De très nombreux professionnels de l’information, animateurs de la blogosphère, nous font part régulièrement et depuis longtemps de leurs découvertes ou de leurs usages des nouveaux outils du Web «2.0» – on citera parmi eux Christophe Deschamps avec son blog Outils Froids, et Camille Alloing avec son blog CaddE-Reputation.

Pour certains, la veille sur les outils a même été dans un premier temps le cœur de leur propos éditorial. Pourtant, si l’on y prend garde, les sites et blogs dédiés à ce sujet restent aujourd’hui assez rares.

Nous comparerons dans cet article le positionnement et les informations proposées par deux sources pour le moins différentes, mais qui couvrent de façon complémentaire ce large domaine :

• Les Outils de la Veille, un blog lancé fin décembre 2011 par Fidel Navamuel, Directeur du développement de l’Ecole des métiers de l’Information ;

• Fabrica, une plateforme collaborative d’échanges sur des outils et astuces facilitant la gestion de l’information, mise en place en 2009 par les chercheurs et documentalistes de l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) et ouverte aux collaborations externes en septembre 2012.

THEMATIQUES ABORDEES

Malgré son nom, Les Outils de la Veille ne s’intéresse pas uniquement à cette activité. On y trouvera donc des références au monitoring des réseaux sociaux, aux noms de domaine ou encore au plagiat. Le blog s’affiche d’ailleurs avec des « frères » construits sur le même modèle : OutilsVeille.com, OutilsCollaboratifs.com, OutilsTice.com ou encore Allweb2.com.

Fabrica quant à lui ne prend pas le risque d’un nom s’inscrivant dans un champ trop précis (il y perd d’ailleurs grandement en référencement).

Le positionnement qu’il avance est la « présentation d'outils et de partage de "trucs et astuces", dans le domaine de l'accès à l'information et de son organisation ».

Là où Les Outils de la Veille propose par exemple “Moteur de recherche”, “Système d’alerte”, “Veille”, Fabrica affiche “Surveiller le web”, “Optimiser sa recherche sur le web”, «Structurer et visualiser l’information» ou encore «Gérer une bibliographie». Les verbes d’action ne sont pas anodins.

Fabrica replace l’outil dans un usage, au regard d’un besoin, avant de s’intéresser à ses fonctionnalités.

Ainsi, les activités liées à la veille pure cohabitent avec l’écriture collective ou la connexion à un réseau professionnel.

Fabrica intègre l’idée que les activités, avant les outils, sont à prendre en compte et forment le tout d’un écosystème informationnel .

FONCTIONNEMENT

Fabrica est développé avec le CMS Spip, ce qui de prime abord, le rend plus austère que Les Outils de la Veille, construit avec Wordpress, dont les design élégants n’ont plus de preuve à faire.

L’accès aux contenus se fait dans les deux cas, via des catégories ou des tags.

Alors que Les Outils de la Veille affiche ses tags dans un nuage, Fabrica organise ces derniers dans un index alphabétique – qui se déploie depuis une colonne sur la gauche –, ce qui rend leur usage aisé mais ne permet pas de visualiser l’étendue du corpus associé.

Les deux sites fournissent une présentation succincte de chaque outil, en décrivant ses principales fonctionnalités, ses forces et ses faiblesses.

Les Outils de la Veille inclut des captures d’écran, ce qui rend l’interface de lecture agréable et joue en faveur de l’appropriation.

Fabrica propose quant à lui, de manière systématique, des informations sur l’éditeur, les conditions d’utilisation, l’environnement technique, ainsi que des liens vers le support en ligne, le forum, et bien sûr l’outil décrit. Ce dernier est également noté par la communauté.

COLLABORATION ET FONCTIONS SOCIALES

L’ouverture aux internautes des deux sites adopte un parti pris différent.

Fabrica permet de s’inscrire et incite de manière très visible à contribuer directement, dans une logique de wiki ouvert.

La possibilité est laissée de proposer une note, une mise à jour, une correction, un ajout... pour une fiche ou d’en créer une nouvelle.

L’ensemble des contenus est publié avec une licence Creative Commons.

Les Outils de la Veille pour sa part se positionne dans une logique davantage «propriétaire».

Les internautes restent plutôt lecteurs mais peuvent toutefois laisser un commentaire ou soumettre un outil, depuis un formulaire dont l’accès unique se situe en haut à droite du blog.

Une distinction très nette se fait en revanche du point de vue des fonctionnalités de partage.

Sur Fabrica, l’activité sociale est tournée vers l’interne.

Les Outils de la Veille oriente vers l’externe et les réseaux, déplaçant la contribution des internautes de l’écriture sociale au partage social.

Ainsi, la fameuse fonction «Share», totalement absente de Fabrica, se retrouve largement présente sur Les Outils de la Veille : à la fin de chaque billet et sur une grappe verticale, se déplaçant au gré du scroll.

LOGIQUES DE FOND ET DE FLUX

La lecture comparée de ces deux sites nous ramène donc une nouvelle fois à la distinction des logiques de fond de celles de flux.

Fabrica base délibérément son projet sur la sélection et le travail d’enrichissement d’une communauté interne, à même de noter et de maintenir un annuaire restreint mais qui sera “toujours là” et à jour.

Les fiches adoptent une mise en forme identique avec des champs obligatoires.

Un index et un moteur de recherche permettent de retrouver des contenus. La logique se rapproche de celle d’une encyclopédie ouverte de l’intérieur.

Les Outils de la Veille cherche de son côté à informer de manière très régulière des dernières nouveautés, en incitant les lecteurs à partager les contenus.

Tourné vers l’actualité, il ne se donne pas pour vocation première d’être une base de données dans le temps.

Il se positionne sur une logique de flux, ouverts vers l’extérieur.

Fabrica et Les Outils de la Veille, avec leur positionne-ment respectif, représentent donc deux sites de référence en matière d’outils, qui se révèlent extrêmement complémentaires pour les professionnels de l’information.




Isabelle Guyot
Publié dans le n° 300 de Bases (Janvier 2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire