Portail européen des archives : mise en ligne de la nouvelle version

Le 22 février dernier, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a salué l’arrivée de la nouvelle version d’ArchivesPortal Europe, le portail européen des archives cofinancé par la Commission européenne, qui a été lancé en version bêta en mars 2011.

Ce portail a pour objectif de réunir les inventaires d’archives provenant des services d’archives de différents pays européens.

Il rassemble aujourd’hui 95 services d’archives, répartis dans 17 pays, ce qui représente environ 120 000 inventaires.


Sa vocation est d’alimenter et de soutenir la recherche dans le domaine des sciences humaines, et de permettre aux chercheurs de dépasser les frontières et d’élargir le champ de leur réflexion.

Les archives reflètent en effet la complexité de l’histoire européenne – fusions et séparations des états, mobilité des frontières... –. En les rassemblant, le portail met à disposition des visiteurs le «terreau commun» des histoires européennes, et permet la comparaison entre les évolutions nationales et régionales et la compré-hension de leurs spécificités.

En France, trois institutions participent au projet : les archives nationales et les archives départementales du Cantal et de la Manche.

17 pays – de l’Allemagne à la Suède en passant par la Belgique, l’Islande, la Lettonie et le Portugal – fournissent d’ores et déjà des contenus archivistiques.

Le portail offre d’ailleurs un Annuaire des services d’archives qui participent au projet avec, pour chaque pays, la liste des institutions participantes (archives nationales, régionales...), localisées sur une carte Google.

Pour chaque institution, une fiche signalétique détaillée donne les coordonnées, l’adresse du site web (avec un lien), les conditions d’accès aux documents et les services proposés.

QUE VOIR SUR LE PORTAIL EUROPEEN DES ARCHIVES ?

Le portail s’organise comme un fonds d’archives, c’est-à-dire en fonction du principe de provenance et en respectant l’ordre initial de l’institution ou de la personne qui les a produit.

On y trouve :

• des inventaires, qui offrent des descriptions détaillées des archives (producteur du fonds et des documents, modalité d’entrée, présentation du contenu, etc.) et les informations nécessaires à leur consultation en salle de lecture, comme la cote par exemple ;

• des guides des fonds, qui donnent un aperçu général de l’ensemble des fonds conservés par un service d’archives ;

• et des guides des sources.

Ces derniers sont des instruments de recherche particuliers.

Ils ont pour objectifs “de présenter l’ensemble des archives relatives à un sujet donné, qu’elles soient conservées dans un service d'archives ou dispersées entre différentes institutions, d'un même pays ou de différents pays et ainsi de grandement faciliter la recherche et l'accès aux archives”.

LES POSSIBILITES DE RECHERCHE

Depuis la page d’accueil, une zone de saisie permet de lancer une recherche simple sur l’ensemble du site, en précisant si l’on souhaite :

• un affichage hiérarchique (les résultats sont alors classés par pays puis fonds d’archives, selon la structure hiérarchique des inventaires d’archives) ;

• une recherche avec “au moins un des mots” (opérateur OR), sans quoi l’opérateur AND est utilisé par défaut ;

• en incluant les documents numérisés.

Un onglet “recherche avancée” propose quant à lui de combiner différents critères, en complément des critères précédents :

• type de document : inventaires, guide des fonds ou guide des sources ;

• date ou période de publication ;

• recherche sur le titre, le résumé ou la cote ;

• le ou les services d’archives, classés par pays. Il est d’autre part possible de naviguer à travers les pays, les collections et les inventaires, sans avoir de recherche précise à mener.

Quel que soit le mode de recherche utilisé, on obtient une liste de résultats classés par pertinence, avec pour chacun le titre, un extrait de la description archivistique, les dates, la cote de l’unité décrite, le pays et le service d’archives...

Dans une colonne sur la gauche, plusieurs arborescences permettent alors d’affiner la sélection par pays, service d’archives, type d’instrument de recherche (inventaires, guides..,), type de document numérisé (audio, vidéo, texte), dates, etc.

Un deuxième onglet propose de classer les résultats “par cadre de classement”. 

Les résultats sont alors présentés de façon hiérarchique au sein d’une arborescence, partant du pays pour aller jusqu’au résultat, présenté dans son contexte.

Quel que soit le mode d’affichage, il est possible de cliquer sur le titre d’un résultat pour ouvrir, dans un autre onglet ou une autre fenêtre, l'inventaire ou le guide des fonds complet, à l'endroit voulu. Ce nouvel affichage donne toutes les informations disponibles sur les archives décrites dans la partie droite de l'écran, et permet de naviguer dans tout l'inventaire grâce à l'arborescence cliquable sur la gauche.

Le portail européen des archives collabore d’autre part avec Europeana, pour intégrer les documents d’archives numérisés. À cette fin, un outil a été développé pour transformer les inventaires d'archives du portail européen des archives en unités descriptives encodées dans le format européen de métadonnées utilisé par Européana.

Les services d’archives qui le souhaitent peuvent donc transmettre leurs données à Europeana via le portail. Cette collaboration donne aux documents culturels un accès pluridisciplinaire s’affranchissant des frontières géographiques et virtuelles, puisque tous les contenus sont réunis à un seul endroit.

Dès la page d’accueil le portail propose enfin un formulaire de contact ainsi qu’un sondage, pour mieux comprendre les besoins de ses utilisateurs.

Le portail est donc toujours en mouvement, ouvert aux suggestions, aux nouvelles institutions et nouveaux contenus.


Christelle Boizeau
Publié dans le n° 303 de Bases (Avril 2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire