Whogotfunded.com : la base des levées de fonds

Lancé au printemps 2012, Whogotfunded.com se revendique comme “le site de surveillance de levées de fonds le plus complet du monde”. L’outil analyse chaque jour plus de 2 millions d’informations en provenance de sites d’actualités, de Twitter et de la SEC (US Securities and Exchange Commission), grâce à des technologies intelligentes d’extraction et d’analyse (analyse statistique, grammaticale et sémantique). 

Environ 100 à 150 levées de fonds sont ajoutées à la base chaque jour. Lors de notre visite, on dénombrait au total 91 700 éléments.

Derrière ce site se cache un acteur bien connu de la veille en France : Digimind.

Le projet a été mené conjointement avec Daedalus, une entreprise espagnole spécialisée dans l’analyse sémantique.

Même si lors de son lancement, l’aspect gratuit du site avait beaucoup été mis en avant, il n’en est plus de même aujourd’hui.

Il subsiste toujours une partie gratuite, mais aux fonctionnalités plus que limitées : pas de recherche possible, consultation de 10 profils par mois, alertes emails pendant 1 mois seulement, pas d’accès à la liste des derniers deals, pas d’assistance en cas de problème ou pour toute question.

Trois formules d’abonnements payants sont en revanche proposés :
“Starter” pour 49 $ par mois, “Team”, pour 149 $ par mois et “Corporate”, pour 749 $ par mois.

Toutes les fonction-nalités de recherche, de consultation de profils, d’alertes mails, d’export de données, d’accès à la liste des derniers deals et d’assistance sont accessibles via ces trois abonnements.

La seule différence réside dans le nombre de profils que l’on peut consulter par mois (respectivement 100, 400, illimité) et le nombre d’exports possibles (25, 300, 1000).

Nous présenterons dans cet article les fonctionnalités disponibles avec un abonnement payant ; on signalera qu’il est possible de tester gratuitement l’ensemble des fonctionnalités de la base, en s’identifiant lors de la connexion.

La page d’accueil offre un moteur de recherche simple ainsi qu’une liste des dernières levées de fonds référencées.

L’opérateur par défaut est le AND et l’on peut utiliser le OR, les guillemets pour l’expression exacte et le tiret pour l’opérateur NOT.

Une fois la liste des résultats affichés, on peut utiliser les nombreux filtres disponibles dans la colonne de gauche : pays, état/département, ville, industrie (Software, Consumer Products, Biotechnology, Finance, etc), taille du deal (<1M$, 1-10 M$, etc), date du deal, nom de l’entreprise, nom de l’investisseur et personnalités citées.

On pourra également s’abonner aux résultats de la recherche par mail et/ou exporter une ou plusieurs fiches au format Excel, CSV ou XML.

Pour chaque fiche, on dispose des informations suivantes (à condition qu’elles soient disponibles bien sûr) : montant en dollars et dans la devise originale, entreprise, nom des investisseurs, industrie, pays, ville, personnes clés, source(s) de l’information et un rapide descriptif.

Pour les sources, le site indique le nom de la source, le titre de l’article et offre un lien direct vers l’élément en ligne.

Cela permet de vérifier d’un clin d’œil la fiabilité de l’information : en effet, on n’accorde pas la même crédibilité à un site de presse reconnu qu’à un utilisateur lambda de Twitter.
Pour visualiser tous les deals, on cliquera sur l’onglet “Deals” en haut de l’écran.

On pourra ensuite filtrer la liste par pays ou industrie, et sortir les résultats par date de détection et d’ajout à la base ou bien par montant de la levée de fonds (du plus gros au plus petit).

L’onglet “Search” propose le même moteur de recherche que celui de la page d’accueil, à la seule différence que les filtres sont déjà disponibles dans l’interface de recherche.

L’onglet “Top 100” permet quant à lui d’afficher le Top 100 des investisseurs ou leTop 100 des deals.
Pour le Top 100 des investisseurs, on peut choisir le mois ou le trimestre sur lequel va porter le palmarès et déterminer si le classement doit être établi à partir du nombre de deals effectués ou bien à partir du montant investi.

Pour le Top 100 des deals, on peut choisir le mois ou le trimestre, le pays (tout ou un pays en particulier) et l’industrie (tout ou une industrie en particulier).

On apprendra par exemple qu’en Juin 2013, les plus grosses levées de fonds en France concernait Unibail-Rodamco avec $926,940,000, suivi du Crédit Agricole et de Danone.

Enfin, bien caché tout en bas de l’écran, en dessous des rubriques FAQ et About, on trouvera la liste des entreprises citées dans la base, la liste des investisseurs et celle des personnes citées.
Au final, le site Whogotfunded est extrêmement simple à utiliser ; la recherche est intuitive tout en étant relativement sophistiquée et les résultats fournis sont tout à fait pertinents.

Notons qu’il existe également plusieurs autres bases gratuites – mais plus souvent payantes – fournissant des informations sur les levées de fonds, comme Crunchbase (gratuite), DowJones VentureWire (3 650 $ /an), Thomson Reuters Private Equity ou encore VCExperts (125$/mois).

www.whogotfunded.com


Carole Tisserand-Barthole
Publié dans le n° 304 de Bases (Mai 2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire